Communiqué de presse commun
du mouvement citoyen Pas Question ! et de l’asbl Bruxelles Air Libre Brussel - 28/04/14

Les Bruxellois survolés vont passer à l'offensive

Loin d’être satisfaites par le communiqué de presse du Secrétariat d’Etat à la Mobilité du 25 avril, les associations citoyennes « Pas Question !» et « Bruxelles Air Libre Brussel » se sont réunies ce dimanche pour définir les actions qu'elles vont entreprendre pour obtenir la suspension immédiate de la “sixième phase” du plan Wathelet. Cette phase, en vigueur depuis le 6 février, concerne le nouveau “virage à gauche” et l’aggravation du trafic sur la route du canal.

Comme la plupart des partis politiques l’ont admis, ces modifications de routes sont une erreur. Elles doivent donc être revues pour éviter le survol des zones les plus densément peuplées de la capitale.

Les associations de défense des Bruxellois survolés rappellent cependant qu'elles ne participeront à aucune négociation ou forum sur de nouvelles routes tant que l’on ne reviendra pas temporairement à la situation qui prévalait avant le 6 février.

Melchior Wathelet annonce avoir obtenu du gouvernement un mandat pour négocier avec les Régions un projet de loi concernant la création d’une Autorité de contrôle et une la loi fixant les procédures aéronautiques. Les associations demandent instamment à la Région de Bruxelles-Capitale de refuser toute concertation avec le gouvernement fédéral en vue de couler ces nouvelles procédures aberrantes dans une loi.

Les associations examinent la possibilité d’introduire une nouvelle action au Conseil d’Etat contre le mandat que le Conseil des Ministres a donné à Melchior Wathelet.

Elles rappellent que l’Autorité Indépendante de Contrôle aurait dû être créée avant de procéder à la modification des routes aériennes et après étude d’incidence. Elles s'opposent à la volonté du secrétaire d'Etat de “bétonner” dans une loi les routes en vigueur depuis le 6 février en vue de rendre les actions en justice impossibles.

Les associations attendent également les résultats des premières études d’impact initiées par le SPF Mobilité et celles des relevés des sonomètres de Bruxelles Environnement.

Outre les deux recours au Conseil d’Etat déjà introduits, les associations vont introduire  de nouvelles actions juridiques. Sont à l’étude des actions en référé, une action en cessation environnementale, des actions en trouble de voisinage et d’autres en responsa-bilité pour mise en danger de la vie d’autrui et manquement au principe de précaution.

Les associations confirment que la mobilisation citoyenne va s’intensifier suite au refus de suspendre la sixième phase du plan Wathelet. Différentes actions vont être entreprises pour convaincre les femmes et les hommes politiques concernés d’obtenir la suspension de ces routes aériennes avant les élections du 25 mai.

Elles rappellent enfin que Melchior Wathelet et sa ministre de tutelle Joelle Milquet disposent toujours du pouvoir de retirer ou de modifier ce plan par simple circulaire ministérielle, même avec un gouvenrement en “affaires courantes”.


Contact pour la presse : Brigitte Buffard 0476 24 39 84 et Antoine Wilhelmi 0477 276 246