Le climat change, la menace se précise

Au moment o√Ļ s’ouvrent, √† Poznan, en Pologne, des n√©gociations internationales pour donner une suite au protocole de Kyoto, nombre de scientifiques tirent la sonnette d’alarme.

Au moment o√Ļ s’ouvrent, √† Poznan, en Pologne, des n√©gociations internationales pour donner une suite au protocole de Kyoto, nombre de scientifiques tirent la sonnette d’alarme. La r√©f√©rence dans le domaine est celle des experts du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’√©volution du climat (GIEC). Dans son dernier rapport, publi√© en 2007, il affirmait que le changement climatique, d√©sormais ¬ę¬†sans √©quivoque¬†¬Ľ, √©tait ¬ę¬†tr√®s vraisemblablement¬†¬Ľ (90% de certitude) d√Ľ aux activit√©s humaines (gaz, charbon, p√©trole).

(AFP) РLe climat change : au fil des études et des observations scientifiques, la menace et les effets du réchauffement se précisent, avec, sur des phénomènes cruciaux tels que la fonte des glaces, une accélération par rapport aux prévisions.

¬ę¬†On pr√©voit d’ici la fin du si√®cle un bond climatique qui pourrait √™tre √©quivalent √† celui que la plan√®te a franchi en 10.000 ans¬†¬Ľ, rappelait d√©but novembre le glaciologue fran√ßais Claude Lorius, ne cachant pas son pessimisme.

Au moment o√Ļ s’ouvrent, √† Poznan, en Pologne, des n√©gociations internationales pour donner une suite au protocole de Kyoto, nombre de scientifiques tirent la sonnette d’alarme.

Plus qu’une nouvelle √©tude qui aurait fondamentalement chang√© ¬ę¬†notre perception de l’urgence¬†¬Ľ, la science ¬ę¬†continue √† nous rappeler que le temps presse et que nous devons rapidement et fortement r√©duire nos √©missions (de gaz √† effet de serre)¬†¬Ľ, r√©sume le climatologue am√©ricain Peter Frumhoff.

La r√©f√©rence dans le domaine est celle des experts du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’√©volution du climat (GIEC). Dans son dernier rapport, publi√© en 2007, il affirmait que le changement climatique, d√©sormais ¬ę¬†sans √©quivoque¬†¬Ľ, √©tait ¬ę¬†tr√®s vraisemblablement¬†¬Ľ (90% de certitude) d√Ľ aux activit√©s humaines (gaz, charbon, p√©trole).

Concernant ses effets, certaines lignes ont bougé depuis cette date.

¬ę¬†La glace de mer de l’Arctique dispara√ģt plus rapidement que ce que nous avions anticip√©¬†¬Ľ, reconna√ģt l’Am√©ricaine Susan Solomon, qui a pr√©sid√© l’un des groupes de travail. ¬ę¬†En 2007, il y a eu √©norme baisse (…) Certaines √©tudes √©voquaient alors un type de vents particuliers, mais l’ann√©e suivante a √©t√© similaire et ces vents n’√©taient plus pr√©sents¬†¬Ľ, explique-t-elle.

Une question, plus controvers√©e, porte sur l’ampleur de la fonte de la calotte glaciaire, qui recouvre le continent antarctique et le Groenland. D√©bat crucial car, contrairement √† la glace de mer, cette fonte provoque la mont√©e du niveau des oc√©ans, qui menace des dizaines de millions de personnes √† travers le monde.

¬ę¬†Nous ne savons toujours pas¬†¬Ľ, affirme Susan Solomon, qui souligne que si le d√©tachement d’immenses plateformes de glaces est impressionnant, en tirer des enseignements n√©cessite une extrapolation source de vastes incertitudes.

Le GIEC, qui tablait initialement sur une √©l√©vation du niveau des mers de 18 √† 59 centim√®tres d’ici la fin du si√®cle a renonc√© √† donner une fourchette haute du fait des interrogations persistantes sur ce point. Certains chercheurs √©voquent d√©sormais une mont√©e des eaux pouvant atteindre deux m√®tres en 2100.

¬ę¬†Que l’on ait sous-estim√© de 10, 20, 30, 40 cm, c’est possible. Mais ceux qui vont au-del√† d’un m√®tre n’ont aucune base scientifique pour le dire. Il faut rester rigoureux¬†¬Ľ, temp√®re le climatologue fran√ßais Jean Jouzel, membre du bureau du GIEC. ¬ę¬†La situation est suffisamment alarmiste pour qu’on en fasse pas plus¬†¬Ľ, ajoute-t-il, soulignant l’amplitude des changements √† venir et rappelant que la stabilit√© du climat a √©t√© ¬ę¬†un des moteurs du d√©veloppement de nos civilisations depuis 10.000 ans¬†¬Ľ.

Au-del√† de la publication d’une myriade d’√©tudes dans les revues sp√©cialis√©es, l’urgence climatique pose, avec davantage d’acuit√©, la question de la place des scientifiques dans le d√©bat.

Pour Frumhoff, √† l’origine d’une lettre ouverte sign√©e par 1.700 chercheurs et √©conomistes am√©ricains, l'¬†¬Ľinertie politique¬†¬Ľ face √† l’urgence climatique justifie un positionnement diff√©rent, plus militant. ¬ę¬†Depuis deux ans, un nombre croissant de scientifiques tr√®s respect√©s ont montr√© qu’ils √©taient pr√™ts (…) √† mettre de c√īt√© leur casquette d’objectivit√© pour parler comme citoyens¬†¬Ľ, explique-t-il.
—–
Voyez aussi :
[La position de Bruxelles Air Libre sur le changement climatique->1655] – 17/12/2008