Verhofstadt III, solutionnera-t-il Zaventem ?

Le gouvernement intérimaire Verhofstadt III va se pencher sur les affaires urgentes parmi lesquelles figure, enfin, le dossier de Zaventem.
L’association Bruxelles Air Libre Brussel a appris que le portefeuille de la Mobilit√© a finalement √©t√© confi√© au Vice-Premier ministre Yves Leterme et l’en f√©licite, tout en lui recommandant de renoncer √† l’immobilisme de son pr√©d√©cesseur et de traiter ce dossier sans tabous.

Ancien Ministre Pr√©sident de la R√©gion Flamande, ayant pr√©sid√© √† la mise en oeuvre des plans d’expansion qui doivent assurer l’avenir de la R√©gion (dont le plan Start), M. Leterme est sans conteste bien plac√© pour d√©couvrir √† pr√©sent les cons√©quences funestes de l’activit√© excessive de Brussels Airport. Les nombreuses d√©cisions de justice en la mati√®re en sont la meilleure preuve, de m√™me que le durcissement de l’attitude des associations de citoyens victimes de cet exc√®s d’activit√©.

L’association Bruxelles Air Libre Brussel esp√®re que les mesures prises le seront tout autant en faveur des habitants de la R√©gion Flamande que des quelques 300.000 habitants de la R√©gion la plus peupl√©e du pays qui sont victimes de 90% des nuisances que cause le survol √† basse altitude par les avions en phase de d√©collage. Ayant dor√©navant une vision globale du dossier des nuisances, le Ministre sera amen√© √† conclure que c’est √† la source qu’il faut les r√©duire, que c’est d√©j√† depuis les ann√©es 90 que l’activit√© de l’a√©roport de Zaventem a d√©pass√© ce qui est raisonnablement supportable, et qu’il est absurde d’encore vouloir le d√©velopper.
Ce sont l√† les cons√©quences de l’absence d’une saine politique d’am√©nagement du territoire et ce sont les gouvernements f√©d√©raux successifs ainsi que, plus r√©cemment, celui de la R√©gion Flamande qui en sont les responsables.

Pour ces motifs l’association r√©clame avec force que la comp√©tence de la politique d’am√©nagement du territoire soit rendue au F√©d√©ral, afin de rendre impossible √† un politicien local de faire de l’obstruction, comme se le permet le bourgemestre de Zaventem. L’association souligne que dans ce domaine la Belgique est sans doute le seul pays d’Europe qui n’aie pas de politique nationale d’am√©nagement du territoire.
Ce dossier est √©galement la d√©monstration-type de l’absence, dans le chef des divers gouvernements f√©d√©raux et r√©gionaux, de toute vision d’avenir pour leur capitale .

L’association s’√©tonne aussi de voir s√©parer les comp√©tences de la Mobilit√© de celles du Climat, puisqu’il est √©vident qu’une seule et m√™me personne serait bien mieux plac√©e pour assurer le d√©licat √©quilibre qui doit encore toujours √™tre trouv√© entre les exigences du transport, particuli√®rement le transport a√©rien, et l’objectif de limitation des rejets de CO¬≤ dans le cadre de la lutte contre le r√©chauffement climatique.
Elle demande par cons√©quent aux ministres Yves Leterme et Paul Magnette de collaborer √©troitement et d’aborder le dossier du transport a√©rien comme un tout, sans parti-pris, en √©vitant tout affrontement partocratique entre les th√®ses des d√©fenseurs du milieu et celles des partisans du transport a√©rien.

Pour en venir au dossier proprement dit, l’association reprend les recommandations √©num√©r√©es dans le m√©morandum qu’elle a remis au Ministre, qu’elle remercie d’en avoir accus√© r√©ception, et qui ont pour objectif de traiter √† la source le probl√®me des nuisances caus√©es par un a√©roport situ√© beaucoup trop pr√®s (2 km) d’une capitale nationale et internationale pour pouvoir se d√©velopper ind√©finiment. Ce qui suppose le d√©mant√®lement des vols de nuit et la limitation √† 200.000 mouvements annuels du nombre des vols de jour. Les habitants de Bruxelles soulignent aussi que leur ville est la seule ville d’ Europe √† √™tre survol√©e de part en part √† basse altitude par des avions de toutes tailles, y compris les plus lourds. Ils exigent d’√™tre trait√©s comme les habitants de villes telles que Louvain ou Vilvorde, autres r√©gions dens√©ment peupl√©es qui, elles, n’ont pas √† subir les inconv√©nients et les risques que comporterait le survol de leur centre √† basse altitude.

Enfin, les habitants de la Région de Bruxelles Capitale demandent au Ministre de respecter les normes existantes et les décisions de justice.
Vouloir ref√©d√©raliser les normes de bruit dans le seul but de pouvoir faire impun√©ment survoler la R√©gion par un trafic croissant serait une grossi√®re erreur qui se payerait tr√®s cher un jour ou l’autre.
Faire voter subrepticement une loi en la mati√®re afin de limiter aux associations tout le droit de recourir √† la justice serait une faute aussi grande, et une n√©gation du principe de stand still qui doit pr√©valoir √† l’avantage des citoyens.