Feu vert Ă  la folie du fret

Jules Kneepkens, le directeur gĂ©nĂ©ral de la DGTA (Direction gĂ©nĂ©rale du transport aĂ©rien) vient d’autoriser la mise en service Ă  l’aĂ©roport de Zaventem du Boeing 747-228F (rachetĂ© Ă  Air France) de la nouvelle compagnie Cargo B Airlines crĂ©Ă©e par Robert Kuijpers. MalgrĂ© l’absence d’inspection technique et de vol de certification, malgrĂ© le dossier incomplet. Quand on sait que les gros avions cargos comme celui-lĂ  traversent en ligne droite le ciel bruxellois Ă  basse altitude, il y a de quoi frĂ©mir…
Les premiers départs auraient eu lieu ce week-end.

Depuis des annĂ©es, les responsables politiques nous rabâchent que le problème des nuisances sonores de l’aĂ©roport de Zaventem sera rĂ©solu par la modernisation des flottes aĂ©riennes, par l’arrivĂ©e d’appareils ultra-silencieux. On nous dit aussi que Bruxelles a impĂ©rativement besoin d’un aĂ©roport proche pour dĂ©fendre son statut de capitale de la Belgique et de l’Europe et accueillir hommes d’affaires, chefs d’Etat, fonctionnaires internationaux… Dans le mĂŞme temps, on constate que l’activitĂ© qui se dĂ©veloppe le plus Ă  Zaventem est… le fret, activitĂ© assurĂ©e par des avions cargos qui sont pratiquement toujours des gros et vieux appareils de seconde main, forcĂ©ment bruyants, et qui dĂ©collent lourdement chargĂ©s en marchandises et en kĂ©rosène. Cherchez l’erreur…

Les premiers Boeing 747-200F ont Ă©tĂ© mis en service en dĂ©cembre 1972 et les derniers appareils de cette sĂ©rie ont Ă©tĂ© livrĂ©s en novembre 1991. Ce qui veut dire que l’appareil mis en service par B Cargo Airlines a au moins 16 ans, si pas largement plus. C’est un appareil classĂ© « chapitre 3 » avec un QC supĂ©rieur Ă … 20. Il emporte 199.000 litres de kĂ©rosène et peut embarquer 374 tonnes de marchandises.

On peut aussi se demander s’il est vraiment opportun de dĂ©velopper encore chez nous le transport par avion de produits frais en provenance d’autres continents au moment prĂ©cis oĂą Al Gore et le GIEC se sont vu attribuer le Prix Nobel de la paix pour leur contribution Ă  la lutte contre le rĂ©chauffement climatique, au moment oĂą les gĂ©ants de la distribution Casino (France) et Tesco (Royaume-Uni) vont introduire l’Ă©tiquetage environnemental (bilan carbone) des produits vendus dans leurs rayons et que certains ministres de l’Ă©conomie songent Ă  Ă©tendre cet Ă©tiquetage Ă  l’Ă©chelon national ?

Veut-on encourager les Belges Ă  consommer encore plus de produits hors saison ayant parcouru des milliers de kilomètres par la voie des airs et Ă  accumuler encore plus de « food miles » ? Ce n’est pas tout de faire risette aux cĂ´tĂ©s de Nicolas Hulot avant les Ă©lections ni de signer un pacte Ă©cologique. Il faut aussi prendre les mesures qui vont avec. Quel est le « bilan carbone » des fraises, des haricots et des fleurs que va nous amener Ă  grand bruit le vieux coucou de M. Kuypers ?

Un peu de cohĂ©rence, que diable…