Jet Airways choisit Zaventem comme hub européen : qui est satisfait ?

C’est avec consternation que nous apprenons que la compagnie indienne Jet Airways a dĂ©cidĂ© d’installer son hub europĂ©en Ă  l’aĂ©roport urbain de Bruxelles National, et Ă  terme d’y opĂ©rer pas moins de dix vols longs courriers quotidiens Ă  destination de l’Inde et des Etats-Unis. La Libre Belgique, commentant cette annonce ce jeudi, parle de « satisfaction sur toute la ligne ».

La satisfaction est Ă©videmment de mise chez la BAC (Brussels Airport
Company) et chez Brussels Airlines qui a signĂ© un accord de code sharing avec Jet Airways. Cette nouvelle vient en effet Ă  point pour distraire l’attention des lourds nuages qui s’accumulent dans le ciel de l’aĂ©roport alors que les victimes de l’aĂ©roport sont entendues de plus en plus par la Justice et Ă  l’horizon de Brussels Airlines qui fait face Ă  un conflit social difficile.

Pour les victimes de l’aĂ©roport, cette nouvelle rĂ©sonne comme une gifle. Elle intervient de plus au lendemain de quelques jours d’enfer pour les Bruxellois : de samedi 28 Ă  lundi 30, les atterrissages sur la piste 02 ont empĂŞchĂ© les Bruxellois de l’est de la RĂ©gion de mener une vie normale Ă  laquelle chaque citoyen a le droit. Le 1er mai, les avions Ă  l’atterrissage ont traversĂ© de part en part la RĂ©gion, survolant Anderlecht, Bruxelles centre, St Josse, Schaerbeek et Evere Ă  très basse altitude pour atterrir sur l’une des pistes 07. Cette procĂ©dure, autrefois très exceptionnelle Ă  cause du bruit et du danger très Ă©levĂ©s qu’elle gĂ©nère pour des milliers de survolĂ©s, est maintenant mise en Âśuvre de plus en plus souvent. Personne ne relève l’utilisation bruyante et dangereuse de ces pistes d’atterrissage, dont on soutient qu’elle est obligatoire en raison de conditions de vent tout Ă  fait exceptionnelles. Cependant, il semblerait que pendant 30 ans, cette procĂ©dure n’ait Ă©tĂ© utilisĂ©e que trois fois : en 1974, au mois d’aoĂ»t, Ă  la suite des travaux Ă  la piste 02 qui Ă©tait fermĂ©e, durant 3 jours des vacances de Pâques 1991, Ă  la suite de la fermeture de la piste 02 pour cause de travaux, et enfin en janvier 2003, lors de l’accident d’un petit Cessna. Pourquoi alors cette procĂ©dure d’atterrissage a-t-elle Ă©tĂ© utilisĂ©e ce dĂ©but de semaine pour au moins la dixième fois en un an ? Les changements climatiques ont-ils Ă  ce point modifiĂ© les conditions de vent Ă  Bruxelles ? Ou bien une dĂ©cision politique de rĂ©interprĂ©ter ces normes est-elle intervenue ? Dans un cas comme dans l’autre, nous rĂ©clamons que toute la lumière soit faite sur les raisons du choix de plus en plus frĂ©quent des pistes 07 pour l’atterrissage.

Nous rĂ©affirmons Ă©galement que quelle que soit l’utilisation des pistes et le tracĂ© des trajectoires de vol, l’aĂ©roport de Zaventem demeure un aĂ©roport urbain qui n’est pas appropriĂ© pour servir de hub Ă  des compagnies qui opèrent des vols transcontinentaux. Les longs courriers ont moins que tout autre avion leur place dans le ciel bruxellois. La dĂ©cision d’accueillir Jet Airways Ă  Zaventem est un non sens. Les responsables politiques comprendront-ils, avant qu’il ne soit trop tard pour eux, que la seule chance de maintenir l’aĂ©roport de Zaventem est d’y limiter drastiquement le trafic et de concentrer les activitĂ©s sur le crĂ©neau des vols passagers de jour Ă  destinations des principales villes europĂ©ennes ?