Potins du parlement …

Le 31 mai 2006

Aujourd’hui avait lieu √† la commission de l’infrastructure de la Chambre l’audition des experts au sujet du projet de loi du ministre Landuyt sur la proc√©dure des vols √† Bruxelles-National. En voici un bref compte-rendu.

On a assist√© √† un d√©fil√© devenu habituel, chacun exprimant son avis en fonction de ses opinions. Mais, √† l’exception d’Aminal, du Bond Beter Leefmilieu et de Inter Environnement Bruxelles, peu des experts invit√©s ont r√©ellement exprim√© des remarques sur le projet de loi.

Biac ne s’est pas pr√©sent√©, ayant re√ßu l’invitation trop tard.

Le service m√©diation a fait un brillant expos√© sur la nature et la quantit√© des plaintes, avec un certain d√©calage d’appr√©ciation entre Mr Debardemaeker et Mr Touwaide. Ce dernier, √† la demande de Mr de Donn√©a, a d√©crit ses difficiles relations avec Mr Landuyt, qui si√©geait entre deux collaboratrices (une blonde et une rousse, cette derni√®re √©tant para√ģt-il la r√©dactrice du projet, serait aussi la compagne de Mr Cornillie, chef de cabinet de Mr Landuyt. Tout se passe donc l√† entre amis)
Le ministre n’a pas r√©pondu, mais il a pris la couleur du tapis rouge.

Belgocontrol repr√©sent√© par Mr Allo a √©t√© bref et pr√©cis. A la question de savoir s’il est vrai qu’un contr√īleur a r√©pondu au t√©l√©phone que telle piste n’√©tait pas utilis√©e pour des raisons politiques, il a √©t√© r√©pondu qu’un contr√īleur n’est pas toujours un diplomate.

Aminal (√©quivalent en Flandre de l’IBGE) a enfin donn√© un commentaire au projet de loi, regrettant qu’il n’ait pas √©t√© pr√©c√©d√© d’un accord de collaboration entre parties et entre r√©gions, que l’organisme de contr√īle ne soit pas d√©fini, et que la protection environnementale n’apparaisse pas.
Au sujet de questions de carte de bruit et de sonom√®tres, une discussion tourne √† l’aigre entre Mr Landuyt et mme Creyf (CD&V, Brussel) au sujet des responsabilit√©s respectives du f√©d√©ral et de la r√©gion flamande.
Le pr√©sident, Mr Van den Eynde (Vlaams Belang) essaie de rappeler le ministre √† l’ordre, et la discussion s’envenime rapidement, Mr Landuyt perdant son sang froid; le ton monte fort √† l’√©tonnement des assistants.

l’IBGE intervient √† son tour. Des pr√©cisions sont donn√©es sur les sonom√®tres (22 √† Bruxelles) et sur les illustres normes bruxelloises. Il est dit que 1% des avions sont en infraction significative (2600 sur 260.000 en 2005). Et que les amendes sont dures √† faire rentrer. Il est pr√©cis√© que 51% des infractions sont constat√©es entre 6 et 7 h le matin, p√©riode consid√©r√©e comme nuit par Bruxelles et comme jour par Biac et Belgocontrol. Mme Lalieux rappelle son projet d’amendement pour porter la fin de la nuit √† 7h du matin.

Ensuite vient BATA (belgian Air Transport Asociation) dont le d√©l√©gu√© tient un discours particuli√®rement odieux bien qu’attendu. Les normes de bruxelles ¬ę¬†sont tellement s√©v√®res qu’elle menacent la survie de l’a√©roport et l’emploi de la r√©gion sinon du pays¬†¬Ľ, etc (il n’a sans doute pas √©cout√© ou pas compris l’expos√© de l’IBGE). Il affirme qu’il est ¬ę¬†exclu¬†¬Ľ de porter la nuit de 23 √† 7h au lieu de 6h, pour cause de service √† rendre par les avions charters aux ¬ę¬†millions de belges qui partent en vacances¬†¬Ľ. Il dit encore que les amendes bruxelloises ruineraient les compagnies si elles les payaient, ce qu’aucune compagnie belge ne fait, pr√©tend-il.

Nouvel accrochage Creyf/Landuyt, le pr√©sident s’en m√™le, il y a des grands mots, le ton monte encore plus fort que pr√©c√©demment. Mr Landuyt bredouille une d√©claration (il est aussi incompr√©hensible en flamand qu’en fran√ßais).

Puis vient le VOKA (f√©d√©ration des entreprises) dont le repr√©sentant tient un long discours tonitruant, clamant pendant pr√®s d’une demi-heure tout le bien qu’il pense de l’a√©roport de Zaventem, ses entreprises, ses reponsables, sa place au coeur de la Belgique et surtout de la Flandre, plaque tournante de la logistique en Europe, etc.
Mme Nagy lui demande s’il a un avis aussi sur le projet de loi, puisque c’est de cela qu’on devrait parler. Il r√©pond qu’il a re√ßu trop tard l’invitation…mais qu’une loi est indispensable pour assurer le futur de l’a√©roport.

La repr√©sentante du Beca (Belgian Cockpit association, les pilotes) fait un int√©ressant expos√©. Elle exprime le souhait des pilotes pour une rationalisation de l’usage des pistes, entra√ģnant l’usage en parall√®le des 25/07, ce qui suppose l’installation d’ILS pour l’atterrissage sur les 07, plus les am√©nagements de taxi-way et l’allongement pour la 25L/07R, elle demande l’application des normes de vent recommand√©e internationalement, soit 5 noeuds de vent arri√®re maxi, les inconv√©nients et nuisances de bruit et de pollution, rappellent les pilotes, sont fortement r√©duites en cas d’utilisation des pistes avec vent de face alors que la s√©curit√© en est augment√©e. Et l’usage logique des deux pistes 25 selon les destinations, les virages se faisant √† 700 pieds des deux c√īt√©s, supprimerait en grande partie les nuisances pour Bruxelles. (mais √ßa, c’est sans doute un argument que la plupart des parlementaires flamands n’ont pas envie d’entendre).

Le Bond Beter Leefmilieu donne lui aussi un vrai commentaire sur le projet. Il pr√©cise qu’il faut d’abord diminuer et pr√©ciser le poids des nuisances avant de parler de r√©partition. Il demande de ramener le QC de nuit de 14 √† 4, comme dans la plupart des autres a√©roports, qui ne s’en portent pas plus mal (peut-√™tre qu’ils n’ont pas des millions de vacanciers comme clients ?). Il demande aussi une concertation avec les survol√©s.. .

Enfin V√©ronique de Potter prend la parole au nom d’IEB. Elle rappelle clairement les positions d’IEB qui sont pratiquement celles de Bruxelles Air Libre Brussel: plafonnement des activit√©s, r√©duction puis suppression ds vols de nuit, nuit allong√©e de 6 √† 7h, concentration sur des routes identifi√©es et √©vitant les zones les plus peupl√©es, expropriation volontaire, vocation de Bruxelles City Airport, etc. Elle dit aussi que bruxelles n’est pas demandeur de cette loi, qui est un ch√®que en blanc donn√© au ministre.
Le parlementaire Vlaams Belang Laeremans prend alors V√©ronique √† partie, avec une grossi√®ret√© et une violence dont on sait ce parti coutumier, mais qu’on n’aurait pas attendues dans cette enceinte. Sans doute n’a-t-il pas pu r√©sister √† une explosion de haine pour les francophones, renforc√©e d’une forte dose de misogynie…Mme Lalieux, qui a entre temps succ√©d√© au pr√©sident de la commission, rappelle vertement -et en fran√ßais- cet individu √† l’ordre.
Et notre valeureuse V√©ronique, parfaitement ma√ģtresse d’elle-m√™me, reprend la parole et lui r√©pond point par point avec le plus grand calme.

Il est rappelé que les associations peuvent fournir un dossier à la commission, date limite: le 6 juin.