Belgocontrol en infraction

Au cours du W.E. du 10-11 juin, un vent de sud-est assez important n’a pas permis l’utilisation des pistes principales de décollage et d’atterrissage de Zaventem. Au lieu d’utiliser la piste diagonale de réserve, prévue pour ces cas exceptionnels, Belgocontrol a préféré faire atterrir tous les avions au-dessus de Bruxelles. Ces survols concentrés à basse altitude ont suivi l’itinéraire suivant : Anderlecht (Prince de Liège, Scheut), Gare de l’Ouest, Porte de Ninove, place Sainte-Catherine, le Théâtre flamand, le boulevard Albert II, la gare du Nord, Schaerbeek, Evere. Difficile d’imaginer un itinéraire qui exposerait davantage de monde aux risques et nuisances de ces atterrissages en rafale.

Un grand nombre de ces avions a dû se retrouver, bien involontairement, en infraction avec les normes de bruits de la région bruxelloises, avalisées par la Conseil d’Etat. Il serait particulièrement injuste de les verbaliser, alors qu’ils se sont conformés aux instructions de Belgocontrol. C’est donc Belgocontrol qui doit être poursuivi par le Parquet ou par l’IBGE, si le Parquet devait classer sans suite.

Belgocontrol justifie ce choix dangereux et illégal en prétextant des vols de calibrage des équipements électroniques d’atterrissage aux instruments (ILS) sur la piste de secours. Il va de soi, que Belgocontrol était en mesure d’interrompre ces vols de calibrage suite à la situation météo exceptionnelle.

L’association Bruxelles Air Libre Brussel a demandé à la ministre de l’Environnement de la région bruxelloise de prendre les mesures nécessaires pour que Belgontrol soit sanctionné pour cette décision illégale et a écrit au ministre fédéral de la Mobilité pour lui demander d’interdire à Belgocontrol le recours à une telle procédure.

Bruxelles Air Libre Brussel