Pas de solution juridique au problème

L’arr√™t du Conseil d’Etat d√©montre qu’il n’y a pas de solution juridique √† la probl√©matique des nuisances sonores autour de l’a√©roport de Bruxelles-National, a estim√© le VOKA, en r√©action √† cet arr√™t qui a confirm√© la validit√© de ces normes.

Cela signifie d’une part que les compagnies a√©riennes sont contraintes par un gouvernement √† empreinter certaines routes, tout en √©tant condamn√©es √† payer des amendes, sur ces m√™mes routes, par une autres administration, estiment les repr√©sentants de l’organisation patronale flamande. D’autre part, cela implique √©galement que si la Flandre applique √©galement les normes bruxelloises √† Zaventem, il n’y aura pas de futur pour l’a√©roport, ajoutent-ils.

Le VOKA appelle par cons√©quent le monde politique √† ne plus d√©fendre l’int√©r√™t de l’a√©roport avec des mots, mais avec des actes cons√©quents et courageux. Le patronat flamand rappelle encore qu’il soutient le programme START du gouvernement flamand, tout en exprimant sa m√©fiance sur le volet logistique. N’oublions pas que chaque ann√©e l’incertitude autour de l’a√©roport co√Ľte 1.000 emplois directs et 2.000 emplois indirects et co√Ľte 40 millions d’euros de revenus directs au gouvernement, conclut le VOKA.

( D’apr√®s BELGA)