Proposition flamande contestée par plusieurs associations

Pour l’Union contre les nuisances, la sagesse aĂ©ronautique impose de revenir, immĂ©diatement, au schĂ©ma d’organisation des vols et d’utilisation des pistes qui rĂ©gnait en 1999.

Les propositions dĂ©posĂ©es par le gouvernement flamand sur la table des nĂ©gociateurs chargĂ©s de rechercher un compromis dans le dossier de la gestion des nuisances des avions en provenance et Ă  destination de l’aĂ©roport national a soulevĂ© un nouveau vent de protestation au sein de plusieurs associations de riverains de l’aĂ©roport.

Pour Bruxelles Air Libre Brussel, les « négociateurs flamands provoquent les citoyens bruxellois » en avançant une note qui « semble avoir été inspirée par le ministre Bert Anciaux ».

Pour l’association, quelques points suffisent pour se convaincre que « cet exercice de musculation ne mĂ©rite pas une analyse dĂ©taillĂ©e »: atterrissages concentrĂ©s traversant Bruxelles de part en part pour rejoindre la piste 07; suppression de la route dite  » du ring  » alors qu’elle pouvait constituer un dĂ©lestage possible, dĂ©veloppement de la route dite du  » canal « ; trafic intensifiĂ© sur la route  » Chabert  » qui traverse aussi Bruxelles; intensification du virage Ă  gauche qui inonde Evere, Schaerbeek et les 2 Woluwe d’une masse de survols Ă  basse altitude; exigence du retrait des normes de bruit bruxelloises que la cour d’Appel a validĂ©es.

Pour Bruxelles Air Libre Brussel les citoyens habitant la pĂ©riphĂ©rie nord de Bruxelles seraient les seuls gagnants et il y a lieu de se demander si l’aĂ©roport de Zaventem pourrait longtemps survivre Ă  pareille gestion du trafic aĂ©rien.

De son cĂ´tĂ©, l’Union Belge Contre les Nuisances des Avions (UBCNA) s’est dite scandalisĂ©e par la « proposition provocatrice dĂ©posĂ©e par le ministre flamand Bert Anciaux », mais qui a au moins l’avantage de montrer enfin clairement que (les reprĂ©sentants du) Noordrand sont prĂŞts Ă  sacrifier Haren et Diegem avec des atterrissages sur la piste 07 via Bruxelles pour assurer la paix de « ‘leur’ Noordrand, leur terroir Ă©lectoral, en ne survolant plus Neder-Over-Hembeek (rĂ©sidence d’Anciaux) ainsi que Grimbergen, Meise ( rĂ©sidence de son frère, Roel Anciaux ), Wemmel et Vilvoorde ».

Pour l’Union contre les nuisances, la sagesse aĂ©ronautique impose de revenir, immĂ©diatement, au schĂ©ma d’organisation des vols et d’utilisation des pistes qui rĂ©gnait en 1999. Cette proposition calme et raisonnable permettra seule d’objectiver toute cette problĂ©matique et de calmer les esprits fortement Ă©chauffĂ©s.

L’UBCNA a rappelĂ© qu’elle avait fait 12 propositions pacifiques de conciliation pour sortir de ce dossier parmi lesquelles: le retour aux procĂ©dures historiques et logiques d’utilisation prĂ©fĂ©rentielle des pistes 25; le retour aux valeurs de normes de vent utilisĂ©es pendant 30 ans de 8 noeuds vent arrière sans rafales; la crĂ©ation Ă  cĂ´tĂ© de la mĂ©diation d’une autoritĂ© indĂ©pendante de contrĂ´le; la reprise du dialogue Etat, RĂ©gions, communes et riverains par le Forum de mĂ©diation; ou encore l’interdiction de toute construction dans un rayon de 5 kilomètres autour des pistes et l’extension de la nuit Ă  23-07 heures locales.

Enfin, « Actie oostrand » estime que la proposition revient Ă  remplacer un plan de dispersion par un plan de concentration sur l’est de l’aĂ©roport, et sur Bruxelles au profit du Noordrand totalement Ă©pargnĂ©. Actie oostrand a fait observer que la revendication flamande d’Ă©quiper toutes les pistes de l’aĂ©roport d’un mĂŞme degrĂ© d’ILS (Ă©quipement de guidage automatique Ă  l’atterrissage) est impossible parce que les pistes n’ont pas les mĂŞmes longueurs et que certaines ont des obstacles.