Les négociateurs flamands provoquent les citoyens bruxellois

Pure provocation, ou musculation avant le dernier round au finish ? la note du gouvernement flamand semble avoir été inspirée par le ministre Bert Anciaux.

Bruxelles Air Libre Brussel s’étonne de cette réponse brutale à la note (trop) défavorable à Bruxelles déposée par les négociateurs bruxellois.

Cet exercice de musclation ne mérite pas une analyse détaillée, il suffit de relever quelques points pour s’en convaincre.

Des atterrissages concentrés devraient traverser Bruxelles de part en part pour rejoindre la piste 07, la route dite  » du ring  » est supprimée alors qu’elle pouvait constituet un délestage possible, la route dite du  » canal  » instituée par Madame Onkelinx est développée, le trafic sur la route  » Chabert  » qui traverse aussi Bruxelles est intensifié et le virage à gauche qui inonde Evere, Schaerbeek et les 2 Woluwe d’une masse de survols à basse altitude est intensifié.

La situation de Laeken s’aggraverait. L’habitabilité de Haren, de Schaerbeek et d’Evere pourrait ne plus être assurée. La situation de l’est de Bruxelles et de sa périphérie est (Oostrand) serait aussi catastrophique.

Et bien sûr, Bruxelles doit retirer les normes de bruit que la cour d’Appel a validées.

Les seuls gagnants seraient finalement les citoyens habitant la périphérie nord de Bruxelles (Noordrand).

Mais ne serait-ce pas une victoire à la Pyrrhus ?

L’aéroport de Zaventem survivrait-il longtemps à pareille gestion du trafic aérien ?

Le mérite de cette provocation est d’avoir rendu la fermeté qui s’impose aux négociateurs bruxellois et d’avoir resserré les boulons entre tous les partis qui défendent l’habitabilité de la région de Bruxelles-Capitale.