Bruxelles-National s’offre au train

Lentement mais s√Ľrement, le projet d’am√©lioration du raccordement ferroviaire de Bruxelles-National prend forme.

Actuellement, l’a√©roport est uniquement reli√© √† la gare de Bruxelles-Nord. En raison de ce raccordement tr√®s limit√©, seuls les trains en provenance de Mons, Gand et La Panne se rendent directement √† l’a√©roport.

Les voyageurs empruntant d’autres lignes ferroviaires (notamment en provenance de Namur, Li√®ge, Louvain ou Anvers) sont oblig√©s de changer de train, ce qui alourdit le temps de parcours.

C’est pour rem√©dier √† cette situation ant√©diluvienne que le gouvernement entend moderniser la desserte de l’a√©roport.

Cette modernisation comprend quatre projets. Le premier est la courbe de Nossegem. Il s’agit d’un raccordement ferroviaire direct entre l’a√©roport et les lignes desservant Hasselt, Louvain et Li√®ge. Lorsque ces travaux seront achev√©s, √† la fin de cette ann√©e, les Li√©geois ne devront plus changer de train √† la gare du Nord pour se rendre √† l’a√©roport.

Le deuxi√®me volet de l’am√©lioration de la desserte est la mise √† quatre voies de la ligne 36, qui relie Louvain √† Bruxelles. Ces travaux ont √©t√© pr√©vus accueillir le futur RER, mais ils permettront aussi de raccourcir le temps de parcours entre Li√®ge, Louvain et l’a√©roport. Ils doivent √™tre achev√©s pour d√©cembre 2006.

Le troisi√®me volet de l’am√©lioration de la desserte de Zaventem est le tunnel Schuman – Josaphat. A nouveau, il s’agit d’un projet mis en oeuvre dans le cadre des travaux du RER. Mais il permettra, par la m√™me occasion, de relier directement Luxembourg et Namur √† Bruxelles-National.

Enfin, le quatri√®me et plus ambitieux volet de la desserte, est le fameux ¬ę diabolo ¬Ľ. Il s’agit d’une ligne ferroviaire partant de l’a√©roport et rejoignant l’autoroute E19 √† hauteur de Machelen. Une nouvelle ligne ferroviaire sera √©galement construite entre Machelen et Malines, sur la berme centrale, particuli√®rement large, de l’autoroute.

Ce dernier volet du raccordement, qui permettra aux Anversois de rejoindre directement Zaventem co√Ľte la bagatelle de 493,3 millions d’euros. Or, la SNCB n’a pas les moyens de financer imm√©diatement ces travaux. Aussi le ministre des Entreprises publiques a-t-il lanc√©, ce jeudi, un appel au priv√© pour le financement de la construction du tron√ßon entre Machelen et Malines. La contribution priv√©e s’√©l√®vera √† 280,3 millions d’euros. Le reste sera financ√© par Infrabel, la filiale de la SNCB charg√©e de la gestion de l’infrastructure.

Les entreprises priv√©es seront appel√©es √† injecter les 280,3 millions d’euros entre 2006 et 2010, date pr√©vue de l’ach√®vement des travaux. Cet investissement sera rembours√© entre 2011 et 2045 par trois sources de revenus : une contribution d’Infrabel √† hauteur de 9 millions d’euros pas an, d√®s 2008 ; une contribution de 0,5 % des recettes de la SNCB provenant du transport int√©rieur de voyageurs et une taxe pr√©lev√©e sur tout billet de train pour les trajets en direction ou en provenance de l’a√©roport.

Si ces revenus s’av√®rent sup√©rieurs aux co√Ľts de l’investissement, l’op√©ration sera avantageuse pour les entreprises priv√©es. Sinon, ils payeront la diff√©rence.

Reste à savoir si une des 20 entreprises privées présélectionnées acceptera de monter dans ce véhicule financier pour le moins particulier

BERNARD DEMONTY