Lettre ouverte à M. Renaat Landuyt

Monsieur le Ministre,

Suite au jugement de ce mardi, et √† d’autres jugements, je pense qu’il faut cesser de se voiler la face. On voit bien qu’il n’y a qu’une seule alternative:
soit on se d√©cide √† concentrer les vols de Zaventem, de jour comme de nuit, sur une zone √† rendre pauvre en habitants; alors seulement, on pourra continuer √† d√©velopper le trafic √† l’a√©roport
soit on met un frein à ce développement, et on réoriente la politique aéroportuaire globale en Belgique.
Tant qu’il n’aura pas √©t√© tranch√©, il faut que l’on arr√™te tout investissement nouveau en faveur de l’a√©roport de Zaventem, notamment ceux qui visent √† en am√©liorer l’acc√®s par chemin de fer : branches du RER ; acc√®s direct depuis Anvers, Li√®ge, Gand; gare TGV.

Malheureusement, la SNCB, poussée dans le dos par le Gouvernement, donne actuellement la priorité à ces projets.

On s’oriente vers le fait accompli.

Pourquoi ? Parce que Zaventem est une des 3 portes d’acc√®s √† la Flandre et que les ministres responsables au f√©d√©ral sont flamands : MM. G. Verhofstadt, Premier ministre ; J. Vandelanotte pour les Entreprises publiques ; vous-m√™me pour les Transports.
A Bruxelles, M. P. Smet, responsable des Transports, est également flamand, mais là nous comptons sur lui pour défendre les intérêts des Bruxellois.

Echec et mat, les victimes Bruxelloises de Zaventem?

Non, elles vont continuer à lutter, individuellement et en association, pour que la politique aéroportuaire soit remise en question , et que, de jour comme de nuit, Bruxelles soit protégée de la pollution et du bruit. Soyez-en assuré !

Je vous prie d’agr√©er, Monsieur le Ministre, mes salutations respectueuses.

J.L.

1150 Bruxelles