Le MR demande des corrections au plan Anciaux
sur base d’un véritable cadastre du bruit

Mercredi 15 décembre 2004

L’an dernier, un jugement avec astreinte obtenu par le Noordrand avait motivé l’adoption d’un plan provisoire de dispersion (Plan Anciaux). L’argument suprême étant que l’Etat fédéral ne pouvait se permettre de payer des astreintes.

Aujourd’hui, 67 riverains ont obtenu du Tribunal de Première Instance de Bruxelles la suppression de l’utilisation excessive de la piste 02. Une ordonnance également assortie d’astreintes. La décision du juge remet donc fondamentalement en cause les principes du plan Anciaux et en particulier les atterrissages sur les communes de Wezembeek Oppem, Kraainem et de Woluwé-Saint-Pierre

Pour le Mouvement Réformateur : « le Ministre de la Mobilité du Gouvernement fédéral doit impérativement apporter les corrections nécessaires au plan Anciaux pour soulager les riverains situés sous la piste 02 ».

Didier Gosuin ajoute : « Il serait difficile d’accepter que la logique adoptée par le Gouvernement fédéral il y a un an au profit des riverains du Noordrand ne soit plus d’actualité lorsqu’elle bénéficie aux associations de l’Oostrand ».

Le MR rappelle que le plan Anciaux était provisoire et n’avait été approuvé que pour faire face à des menaces d’astreinte.

Il lance un appel à ses partenaires gouvernementaux afin qu’une concertation soit organisée pour adapter le plan de répartition des nuisances sonores dans le strict respect des principes de la déclaration gouvernementale fédérale : cadastre des bruits (quartier par quartier) établi en coopération avec les Régions, définition de nouvelles routes permettant une répartition équitable des nuisances sonores, c’est-à-dire tenant compte de la densité de population et de la mise en place d’un organe de contrôle indépendant.