La justice interdit les vols de nuit Ă  Charleroi

La dĂ©cision du tribunal civil de Charleroi a produit l’effet d’un avion franchissant le mur du son, ce lundi aprĂšs-midi. La juge carolo a interdit les vols de nuit sur l’aĂ©roport de Gosselies. Entre 22 h et 7 h du matin, la quiĂ©tude du lieu ne peut ĂȘtre troublĂ©e, sous peine d’une astreinte de 10.000 euros.

Ce jugement intervient au terme d’une procĂ©dure entamĂ©e par les riverains de l’aĂ©roport. Pour rappel, le dĂ©cret wallon sur les aĂ©roports prĂ©voit que Gosselies est une plateforme de jour. Ce texte prĂ©voit aussi que les tranches horaires situĂ©es entre 6 et 7 h et entre 22 et 23 h sont rĂ©servĂ©es Ă  des mouvements exceptionnels (humanitaires, diplomatiques…). Les vols y seraient pourtant devenus rĂ©currents.

Ce jugement prive Ryanair des six vols quotidiens effectuĂ©s par les trois avions basĂ©s Ă  Charleroi, Ă  destination de Rome, Londres et Venise. De quoi mettre Ă  mal la rentabilitĂ© de la compagnie « low cost » Ă  Charleroi, estime BSCA, la sociĂ©tĂ© de gestion de l’aĂ©roport. La compagnie irlandaise, elle, se limite pour l’heure Ă  signaler qu’une rĂ©organisation des vols sur les diffĂ©rents aĂ©roports qui l’accueillent, est Ă  l’Ă©tude. Mais il est trop tĂŽt pour envisager l’impact de cette dĂ©cision, dit un porte- parole.

Faut-il craindre un dĂ©part de Ryanair, dĂ©jĂ  Ă©chaudĂ©e par l’interdiction des aides publiques prononcĂ©e en fĂ©vrier dernier par la Commission europĂ©enne ? Le ministre wallon en charge de la Politique aĂ©roportuaire, Serge Kubla, s’en dĂ©fend. Et annonce son intention de contrer le jugement en revoyant le dĂ©cret. Il faut offrir un maximum de souplesse tout en restant dans la logique d’un aĂ©roport de jour, signale-t-il. La nuit pourrait dĂšs lors ĂȘtre ramenĂ©e Ă  une durĂ©e de sept heures. Pour rappel, l’aĂ©roport, dont Ryanair est le plus gros client, emploie 700 salariĂ©s et gĂ©nĂšre 3.000 emplois directs et indirects dans la rĂ©gion.