Un nouveau permis d’environnement pour l’a√©roport

BIAC, le gestionnaire de l’a√©roport, a introduit une demande de permis d’environnement, pour pouvoir exploiter le site de Zaventem de 2005 √† 2025.

Les riverains de l’a√©roport sont invit√©s √† faire part de leurs remarques ou oppositions au contenu de cette demande jusqu’au 25 f√©vrier. Les victimes bruxelloises des nuisances de l’a√©roport ne sont pas appel√©es √† participer √† l’enqu√™te. Bruxelles Air Libre Brussel veut les aider √† prendre la plume pour s’opposer au contenu de ce permis de polluer.

L’environnement est une mati√®re r√©gionalis√©e, et puisque l’a√©roport se trouve sur le territoire de la Flandre, c’est la Province du Brabant flamand qui a √©t√© charg√©e d’instruire le dossier et d’organiser l’enqu√™te publique √† Zaventem, √† Machelen, √† Kortenberg et √† Steenokkerzeel.

Un a√©roport n’est pas une installation industrielle comme une autre et les nuisances produites par les avions, qui y atterrissent et y d√©collent, d√©passent largement les fronti√®res r√©gionales ou linguistiques. BIAC fait mine de n’√™tre responsable que des nuisances des avions au sol. Sa nouvelle demande de permis n’est donc accompagn√©e d’aucune √©tude d’incidence, ne pr√©voit aucune limite au nombre de vols annuels et a supprim√© toute r√©f√©rence au maximum de 25.000 vols de nuit autoris√©s par son permis actuel.

Pour l’association Bruxelles Air Libre Brussel, BIAC cherche √† limiter les contraintes qui p√®se sur son activit√© a√©rienne afin de pouvoir r√©pondre aux demandes d’extension des vols de nuit que vient de formuler brutalement DHL et de hub europ√©en programm√© par American Airlines, avec le concours de SNBA. Elle le souhaite aussi en vue de faire monter le prix des parts, priv√©es et publiques, qui vont √™tre vendues pour assurer sa prochaine privatisation.

Au moment o√Ļ des a√©roports √©trangers cherchent √† prendre le contr√īle de l’a√©roport urbain de Zaventem, il ne peut √™tre question pour les victimes des nuisances a√©riennes de r√©duire les contraintes environnementales qui doivent garantir l’√©quilibre entre le d√©veloppement √©conomique et la sant√© ainsi que la s√©curit√© des populations survol√©es.

Bruxelles Air Libre Brussel invite les Bruxellois √† prendre l’initiative d’√©crire √† la commune de Machelen, pour lui faire part de leur opposition √† ce permis d’environnement. Comme il ne s’agit pas d’une commune √† facilit√©s, il est indispensable d’√©crire une lettre personnelle en n√©erlandais pour qu’elle soit prise en consid√©ration.

Une lettre type en n√©erlandais (avec des variantes pour pouvoir la personnaliser) et une traduction se trouvent sur le site [->https://www.bruairlibre.be] pour aider les Bruxellois √† r√©agir contre cette nouvelle menace qui les guette. La lettre exige une √©tude d’incidence, un maximum de 200.000 mouvements par an, la limitation des vols de nuit au nombre actuel et leur suppression programm√©e en 3 ans. Elle exige aussi l’installation d’un r√©seau plus √©tendu de capteurs pour contr√īler les nuisances sonores et la pollution de l’air.

L’incin√©rateur de Drogenbos avait aussi √©t√© programm√© sans consulter les Bruxellois. Leur opposition r√©solue en est venue √† bout. Il peut encore en √™tre de m√™me pour Zaventem.

En savoir plus : [->https://www.bruairlibre.be]