DHL peut s’Ă©tendre

Vendredi, le dossier DHL Ă©tait sur la table du super conseil des ministres. Il en ressort que le gouvernement Verhofstadt II souhaite que DHL reste Ă  Bruxelles et mĂŞme s’y dĂ©veloppe. Pour l’avenir Ă  long terme, on tranchera en septembre.

Le Conseil des ministres, qui s’est rĂ©uni vendredi Ă  Petit-Leez, a dĂ©cidĂ© de donner Ă  DHL la garantie de la rĂ©alisation en Belgique de son quartier gĂ©nĂ©ral d’opĂ©ration pour son rĂ©seau europĂ©en. Les premières annĂ©es, les besoins d’extension sont couverts sur le site de Zaventem, compte tenu des limitations actuelles, comme prĂ©vu dans l’accord de gouvernement, a indiquĂ© le premier ministre, Guy Verhofstadt. Pour l’extension ultĂ©rieure, DHL obtient la garantie qu’Ă  la date du 1er septempbre 2004 le gouvernement dĂ©cidera entre deux options: l’extension Ă  Zaventem ou le dĂ©mĂ©nagement vers un autre aĂ©roport, a-t-il ajoutĂ©.

Dans la perspective de la première option, des nĂ©gociations s’engageront entre le gouvernement fĂ©dĂ©ral, les RĂ©gions flamandes et bruxelloise, BIAC et DHL dans la perspective de la conclusion d’un accord global. Dans cette nĂ©gociation, de nouvelles solutions pourront ĂŞtre examinĂ©es qui porteront notamment sur le transfert de certaines autres activitĂ©s. L’accord portera notamment sur le bruit et les investissements en matière d’infrastructure.

Pour la deuxième option, une Ă©tude a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e par BIAC portant sur 8 autres implantations. Une Ă©tude complĂ©mentaire se penchera plus spĂ©cialement sur deux aĂ©roports rĂ©gionaux, celui de Bierset et celui de Jehonville, ainsi que sur la possibilitĂ© de crĂ©er un tout nouvel aĂ©roport. Au cours de l’après-midi, avant de prendre la dĂ©cision, les membres du gouvernement ont eu de nombreux contacts avec l’extĂ©rieur, et notamment avec DHL. L’important, a dit le premier ministre, est que nous menons les travaux pour les deux options en parallèle. De telle sorte que nous pourrons dĂ©cider le 1er septembre et que nous donnons dès aujourd’hui la garantie a DHL qu’elle pourra se dĂ©velopper en Belgique.

C’est donc le premier septembre que le gouvernement choisira entre les deux options avec un choix prioritaire, celui d’un dĂ©veloppement de DHL Ă  Bruxelles moyennant un accord avec Bruxelles et la Flandre. La norme de 25 000 mouvements nocturnes par an sera-t-elle maintenue ? «Tout ça va ĂŞtre justement dĂ©battu dans l’accord qu’on veut faire avec la Flandre, avec Bruxelles, avec le gouvernement fĂ©dĂ©ral, avec BIAC et avec DHL» rĂ©pond Guy Verhofstadt.

Si cette piste Zaventem n’aboutit pas, la Belgique proposera une autre implantation Ă  DHL. Bierset et GĂ©honville sont nommĂ©ment citĂ©es. Au total donc, la confirmation d’un scĂ©nario qui circulait depuis quelques jours dĂ©jĂ . Le gouvernement lance un signal Ă  DHL pour maintenir la sociĂ©tĂ© en Belgique mais en mĂŞme temps, il Ă©vite de trop s’engager. Sans doute pour ne pas fâcher les riverains Ă  quelques mois des Ă©lections rĂ©gionales.

RĂ©actions

La dĂ©cision prise par le gouvernement hier suscite des rĂ©actions contrastĂ©es. Première concernĂ©e, l’entreprise tout d’abord rĂ©agit de façon positive. C’est, dit son porte-parole et directeur commercial, la première fois qu’un signal très important est envoyĂ© de façon officielle pour garantir l’extension de DHL en Belgique. L’entreprise retient surtout que le gouvernement fĂ©dĂ©ral mettra tout en oeuvre afin de lui permettre de se dĂ©velopper Ă  partir de Bruxelles National.

Un point de vue et une satisfaction partagĂ©s par le ministre wallon de l’Économie Serge Kubla, partisan dĂ©clarĂ© d’un dĂ©veloppement de DHL autour de Bruxelles. Ce qui rĂ©jouit les autoritĂ©s wallonnes, et le ministre prĂ©sident Jean-Claude Van Cauwenbergh, c’est donc la garantie donnĂ©e par le fĂ©dĂ©ral Ă  DHL pour un maintien de ses activitĂ©s en Belgique. Pour le reste, la Wallonie se tient prĂŞte le cas Ă©chĂ©ant Ă  faire ses propres propositions, Ă©tudes Ă  l’appui. Du cĂ´tĂ© bruxellois, c’est aussi un accueil positif qu’ont rĂ©servĂ© le ministre prĂ©sident Daniel Ducarme et son ministre de l’environnement Didier Gosuin. Quoiqu’il arrive, soulignent les 2 ministres bruxellois, l’accord de la rĂ©gion de Bruxelles capitale est indispensable pour dĂ©cider d’un investissement supplĂ©mentaire Ă  Zaventem. Et de rappeler qu’il faudra tenir compte du cadastre de bruit, que l’institut bruxellois de gestion de l’environnement est chargĂ© de rĂ©aliser. Enfin, les verts flamands refusent que l’on modifie le plafond de 25.000 vols de nuit pas an au-dessus de Bruxelles, Groen ! qui pour l’instant fait toujours partie du gouvernement flamand.

Roger Gennotte, le porte-parole de l’Association Bruxelles Air Libre, a Ă©galement rĂ©agi en dĂ©clarant que «le problème de l’aĂ©ronautique et des survols aĂ©riens doit ĂŞtre considĂ©rĂ© dans son ensemble pour la Belgique. Il faudra faire une Ă©tude d’ensemble et pas, comme on est occupĂ© Ă  le faire maintenant, passer d’une route sur l’autre, passer d’un aĂ©roport sur l’autre. Ce sont des solutions de bouts de ficelle. Nous demandons un cadre gĂ©nĂ©ral et une politique aĂ©ronautique pour la Belgique Ă  discuter avec les citoyens».

2004/01/17 10:18:12

http://www4.rtbf.be/