Rififi wallon autour du dossier DHL

LE SOIR ONLINE du 24 DECEMBRE 2003

David Coppi

Rififi wallon autour du dossier DHL. Serge Kubla (MR), ministre de l’Economie, et Jean-Claude Van Cauwenberghe (PS), ministre-pr√©sident, ne sont pas du tout sur la m√™me longueur d’onde.

Le premier ne veut pas entendre parler du transfert d’une part des activit√©s de la soci√©t√© de courrier express de Bruxelles-National √† Li√®ge-Bierset, ni √† Chi√®vres, ou dans tout autre a√©roport wallon. Le second, lui, y est totalement ouvert.

L’on sait que DHL veut investir √† Bruxelles-National, et que la soci√©t√© menace de quitter la Belgique si sa demande est refus√©e (¬ę Le Soir ¬Ľ de mardi).

Probl√®me : le gouvernement f√©d√©ral ne peut envisager d’accro√ģtre les vols de nuit √† Bruxelles au moment o√Ļ il √©prouve les pires difficult√©s √† tenter de les r√©duire. Alors, la solution par les R√©gions ?

Le ministre wallon de l’Economie l’a dit tout net hier √† Bert Anciaux, ministre f√©d√©ral de la Mobilit√© : l’a√©roport de Li√®ge-Bierset affiche complet. Serge Kubla a √©t√© tr√®s clair devant la presse √† l’issue de leur entrevue : Est-il encore possible pour DHL d’√©tendre ses activit√©s en Belgique ? C’est compliqu√©. Nous avons un territoire petit et dense. Nous avons, √† Li√®ge, une forme de contrat prioritaire avec TNT. Si cette soci√©t√© devait revoir ses plans (TNT veut investir √† Bierset et a promis la cr√©ation de 400 emplois, NDLR), je reverrais nos priorit√©s, mais √† l’heure actuelle, je privil√©gie la confiance en TNT. Dans les conditions actuelles, il n’y a pas de place pour DHL.

Aussit√īt ces propos avaient-ils √©t√© rendus publics qu’Olivier Vanderijst, le chef de cabinet de Jean-Claude Van Cauwenberghe, au sortir d’une rencontre entre le ministre-pr√©sident et une d√©l√©gation de DHL, a tenu √† nous faire entendre son point de vue. Il est tr√®s diff√©rent.

Pour Vanderijst en effet, si DHL ne devait pas rester √† Bruxelles, il serait du devoir du gouvernement wallon d’examiner toutes les possibilit√©s de d√©veloppement de la soci√©t√© en Wallonie. Il faut consid√©rer l’effet positif pour tout le monde, en termes d’emplois, du maintien d’une localisation en Belgique. Toutes les R√©gions ont int√©r√™t √† ce que la soci√©t√© reste dans le pays. La R√©gion wallonne est pr√™te donc √† chiffrer les investissements n√©cessaires √† Li√®ge-Bierset ou √† Chi√®vres (un a√©roport militaire, NDLR) pour y voir s’accro√ģtre les activit√©s a√©roportuaires. Dans la balance, il y a pr√®s de 25.000 emplois directs et indirects. Un dossier comme celui-l√†, √ßa passe tous les 20 ans ! Il serait irresponsable de ne pas l’√©tudier rapidement, de ne pas faire une balance co√Ľts-b√©n√©fices, en ce compris le co√Ľt des mesures environnementales qui seraient n√©cessaires.

Mais le contrat TNT √† Li√®ge-Bierset n’est-il pas exclusif ? Tout comme Serge Kubla le laisse entendre, le d√©put√© Ecolo wallon Bernard Wesphael pr√©tend que la soci√©t√© b√©n√©ficie √† Li√®ge d’un ¬ę monopole total ¬Ľ. Faux, r√©pond-on chez Van Cau. La venue √©ventuelle d’un nouvel op√©rateur ne peut √©videmment pas emp√™cher le d√©veloppement de l’actuel, mais il n’est nulle part question d’exclusivit√©.¬∑