Le chantage √† l’emploi

La compagnie a√©rienne Ryanair menace de d√©localiser ses activit√©s de l’a√©roport de Charleroi si l’Union Europ√©enne l√®ve le traitement de faveur dont elle b√©n√©ficie de la R√©gion Wallonne.

Ce type de chantage n’est pas √©tonnant. Il semble m√™me √™tre un mode de fonctionnement intrins√®que aux compagnies a√©riennes qui b√©n√©ficient largement des aides publiques, au d√©triment de l’environnement et de la facture sociale due aux nuisances qu’elles g√©n√®rent sur les populations
survolées.

Prenons l’exemple de DHL √† Zaventem.
Cette soci√©t√© dit que si les autorit√©s ne mettent pas en place les conditions pour qu’elle atteigne 50.000 vols de nuit par an, elle devra d√©localiser son activit√©. On sait aujourd’hui que d√©j√† avec moins de 25.000 vols nocturnes par an, des dizaines de milliers de riverains, jusqu’√† plus
de 10 km de l’a√©roport, sont r√©veill√©s r√©guli√®rement durant la nuit au passage des avions cargo de cette soci√©t√©. Ces compagnies a√©riennes b√©n√©ficient donc deux fois des largesses des autorit√©s publiques : en amont, gr√Ęce aux subventions et autres travaux d’am√©nagement pour faire de
l’a√©roport de Zaventem un hub europ√©en. En aval, gr√Ęce au laxisme de ces m√™mes autorit√©s publiques qui n’emp√™chent nullement le tapage nocturne du √† ces activit√©s.

Le chantage √† l’emploi, mais quel emploi ?
Etant donn√© qu’ √† la moindre contrari√©t√©, ces compagnies brandissent la carte de la d√©localisation, on peut taxer les emplois qu’elle proposent de pr√©caires. L’incertitude pour le travailleur est de ne pas savoir si la compagnie qui l’emploie sera toujours l√† dans 6 mois. La flexibilit√© totale est aussi un cr√©do de ces compagnies : travail de nuit, travail √† temps partiel, just-in-time exercent un pression sur les conditions de travail des employ√©s de ces compagnies.

Le transport a√©rien, le plus nuisant au kilom√®tre parcouru. Autant du point de vue des rejets en gaz NoX, que du point de vue des nuisances engendr√©es, le transport a√©rien est le mode de transport le plus nocif au kilom√®tre parcouru compar√© √† tous les autres modes qu’ils soient fluviaux, maritimes, ferrovi√®re ou m√™me routier. Bruxelles est au centre d’un noeud ferrovi√®re les plus dense d’Europe. En favorisant le d√©veloppement de l’activit√© a√©roportuaire au d√©triment d’un transport marchandise ferrovi√®re performant,
les diff√©rents gouvernements belges successifs ont d√©lib√©r√©ment avantag√© un secteur √©conomique au d√©triment d’un autre, en contradiction m√™me avec toute norme de respect de la comp√©tition entre acteurs √©conomiques. Les autorit√©s ont aussi favoris√© la cr√©ation d’emplois pr√©caires et volatiles au d√©triment d’emplois non d√©localisables et sans doute sabord√© le secteur marchandise de la SNCB, qu’il soit bient√īt privatis√© ou non.

Les autorit√©s publiques, responsables d’un drame social.
Il est √©vident que la cessation d’activit√©s √† Zaventem d’une compagnie telle que DHL ferait perdre quelques centaines d’emploi directs. Ce n’est √©videmment pas souhaitable. Mais c’est justement le d√©veloppement anarchique de l’a√©roport qui met ces emplois en danger. Les autorit√©s publiques ont manqu√© gravement de vision en ne voulant pas assumer que l’a√©roport de Zaventem est un a√©roport urbain, dont la piste principale est tourn√©e
directement sur le centre de la capitale du deuxi√®me pays le plus peupl√© au kilom√®tre carr√© au monde. Des activit√©s a√©rienne de courrier express nocturne, de hub ou de freight n’ont rien √† faire √† Zaventem Airport.

Bruxelles Air Libre Brussel
Contact pour cet article :
FR : 0478/888.189
NL : 0497/022.337