Le Ministre Anciaux
veut améliorer le sort des Bruxellois

Bruxelles Air Libre Brussel a été reçu hier par le ministre de la Mobilité, à propos de la situation préoccupante des Bruxellois survolés de jour comme de nuit.

L’entretien, qualifiĂ© de positif par l’association des riverains bruxellois, a portĂ© sur toute une sĂ©rie de mesures que le ministre compte prendre prochainement dans l’intĂ©rĂŞt de tous les riverains de l’aĂ©roport. Le ministre se dit persuadĂ© que ces mesures devraient avoir des consĂ©quences positives pour les Bruxellois les plus exposĂ©s.

La dispersion complète des vols sur l’ensemble des pistes et des routes demeure Ă©videmment la stratĂ©gie privilĂ©giĂ©e du ministre de la MobilitĂ©, qui a renoncĂ© Ă  toute concentration sur les zones les moins peuplĂ©es. Il compte limiter sĂ©rieusement l’usage de la piste 25R, une piste braquĂ©e sur Bruxelles, utilisĂ©e en permanence, sauf lorsque des vents de dos violents rendent son usage impossible. Ă€ l’avenir, la dispersion des trajectoires sera la règle et l’impossibilitĂ© de l’appliquer, pour cause de mĂ©tĂ©o, deviendra l’exception. Ce projet sera mis en route rapidement, mais il ne sera complètement opĂ©rationnel qu’après la rĂ©alisation d’un certain nombre de travaux d’infrastructure au niveau des pistes.

Aucun aĂ©roport au monde n’est insĂ©rĂ© au cÂśur d’une zone aussi densĂ©ment peuplĂ©e que celui de Zaventem. Cet aĂ©roport ne peut donc prĂ©tendre Ă  un dĂ©veloppement illimitĂ© sur ce site. Par un système de  » quota count  » (volume de bruit) global, le ministre envisage de contenir l’expansion de l’aĂ©roport, pour qu’elle n’anĂ©antisse pas les effets positifs de son plan de dispersion.

Le ministre dĂ©sire aussi voir s’aligner les normes de bruit entre les rĂ©gions flamande et bruxelloise, Il pense pouvoir les stabiliser autour des 45 db. Une pĂ©riode de  » grand silence  » pourrait aussi bientĂ´t ĂŞtre d’application.

Le ministre se dit conscient qu’une nuit qui s’arrĂŞte dĂ©jĂ  Ă  06h du matin est intolĂ©rable. Il compte instaurer, en avril, un système de taxation dissuasif pour les vols de 06 Ă  07h et de 21 Ă  23h.

L’angle de montĂ©e des avions passerait de 3 Ă  8°, afin de leur imposer une prise d’altitude plus rapide.

La s.a. BIAC ne peut rester juge et partie dans le contrĂ´le des infractions de ses clients. Le ministre envisage la crĂ©ation d’une police du ciel fĂ©dĂ©rale.

Pour des raisons, notamment budgétaires, la privatisation complète de BIAC est inévitable, mais le ministre estime que Belgocontrol devrait revenir dans le giron fédéral.

Si BIAC disposait de plusieurs infrastructures aĂ©roportuaires, cette sociĂ©tĂ© pourrait mieux rĂ©partir l’ensemble de son trafic aĂ©rien, sans mettre son Ă©quilibre financier en danger. Le ministre estime qu’il appartient au gouvernement wallon de se prononcer sur l’opportunitĂ© de mettre une installation, nouvelle ou existante, Ă  disposition de BIAC pour dĂ©lester Zaventem.

Bruxelles Air Libre Brussel prend acte des intentions positives du ministre fĂ©dĂ©ral de la mobilitĂ© et attend qu’il communique ses premières mesures pour porter un jugement sur leurs effets auprès des quelques 300.000 Bruxellois perturbĂ©s par les survols des avions de Zaventem.