L’Ubcna va attaquer le terminal low-cost

notre commentaire : L’a√©roport et le ministre-pr√©sident Kris Peeters se moquent de Bruxelles et de tous les habitants apr√®s avoir commenc√© les travaux au terminal l’√©t√© dernier tout en niant le caract√®re low-cost des travaux aupr√®s de la R√©gion Bruxelloise et en planifiant contre tout bon sens une augmentation massive du trafic. On peut d√®s lors se demander pourquoi l’initiative de quelques communes bruxelloises est prise si tardivement, et pourquoi la R√©gion Bruxelloise et les 19 communes – voir plus – ne s’unissent pas toutes pour introduire ce recours en justice et peser de tout leur poids ?

L’Ubcna va attaquer le terminal low-cost

FRANCOIS ROBERT

samedi 28 mars 2009, 15:44

Branle-bas de combat √† l’Ubcna, Union belge contre les nuisances a√©riennes. L’annonce, ce 25 mars, de l’ouverture pour l’hiver 2009-2010 du terminal low-cost dans l’ancien terminal ¬ę Satellite ¬Ľ (inutilis√© depuis 2000) de l’a√©roport de Zaventem relance son combat.

Selon son secr√©taire g√©n√©ral MR Bernard Guillaume (par ailleurs √©chevin charg√© des nuisances sonores √† Schaerbeek), deux communes (Auderghem et Schaerbeek) viennent de signer une convention avec ma√ģtre Michel Lagasse pour attaquer en justice Brussels Airport. L’Ubcna lui reproche de construire le terminal sans permis d’urbanisme et sans √©tude d’incidences. Les deux communes devraient √™tre rejointes par Evere et les Woluwe et peut-√™tre par Bruxelles-Ville si le MR local parvient √† convaincre le coll√®ge de la Ville.

C’est en septembre 2008 que l’actuel pr√©sident de l’Ubcna, Didier Gosuin, a d√©nonc√© la cr√©ation de ce terminal low-coast sans permis. Pr√©cisons toutefois qu’√† Brussels Airport, on r√©p√®te que ces travaux, situ√©s en R√©gion flamande, ne n√©cessitent ni permis d’urbanisme (on r√©nove un terminal existant), ni √©tude d’incidences, ni la consultation de la R√©gion bruxelloise.

Face √† ces arguments, l’Ubcna r√©torque qu’il existe un arr√™t de la Cour europ√©enne de Justice du 28 f√©vrier 2008, concernant l’extension de l’a√©roport de Bierset, qui stipule que le moindre chantier a√©roportuaire doit faire l’objet d’une √©tude d’incidences.

Selon Bernard Guillaume, le recours des cinq communes est imminent. Il s’articulerait autour de deux arguments. D’abord, toute modification d’un b√Ętiment √† des fins a√©roportuaires n√©cessite une √©tude d’incidences. Ensuite, la mise en ¬úuvre de ce terminal va augmenter les mouvements d’avions, ce qui justifie l’imposition d’une √©tude d’incidences (qui pr√©c√®de le permis). L’arr√™t de 2008 se r√©f√®re √† une directive europ√©enne qui prend le pas sur la l√©gislation r√©gionale.

Chez la ministre de l’Environnement Evelyne Huytebroeck (Ecolo), on sort du bois : le 25 mars, la R√©gion bruxelloise a √©t√© consult√©e pour une demande de d√©rogation de Brussels Airport pour √©viter un rapport d’incidences. Demande rejet√©e. L’attitude r√©gionale est n√©anmoins timor√©e quand on sait la diff√©rence entre un rapport (quelques semaines) et une √©tude d’incidences (six mois/un an). Hilde Crevits (CD&V), ministre flamande de l’Environnement, s’aligne sur la R√©gion bruxelloise : d’accord pour un rapport. Mais pour une √©tude, par contre…