L’Ubcna va attaquer le terminal low-cost

notre commentaire : L’aĂ©roport et le ministre-prĂ©sident Kris Peeters se moquent de Bruxelles et de tous les habitants après avoir commencĂ© les travaux au terminal l’Ă©tĂ© dernier tout en niant le caractère low-cost des travaux auprès de la RĂ©gion Bruxelloise et en planifiant contre tout bon sens une augmentation massive du trafic. On peut dès lors se demander pourquoi l’initiative de quelques communes bruxelloises est prise si tardivement, et pourquoi la RĂ©gion Bruxelloise et les 19 communes – voir plus – ne s’unissent pas toutes pour introduire ce recours en justice et peser de tout leur poids ?

L’Ubcna va attaquer le terminal low-cost

FRANCOIS ROBERT

samedi 28 mars 2009, 15:44

Branle-bas de combat Ă  l’Ubcna, Union belge contre les nuisances aĂ©riennes. L’annonce, ce 25 mars, de l’ouverture pour l’hiver 2009-2010 du terminal low-cost dans l’ancien terminal « Satellite » (inutilisĂ© depuis 2000) de l’aĂ©roport de Zaventem relance son combat.

Selon son secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral MR Bernard Guillaume (par ailleurs Ă©chevin chargĂ© des nuisances sonores Ă  Schaerbeek), deux communes (Auderghem et Schaerbeek) viennent de signer une convention avec maĂ®tre Michel Lagasse pour attaquer en justice Brussels Airport. L’Ubcna lui reproche de construire le terminal sans permis d’urbanisme et sans Ă©tude d’incidences. Les deux communes devraient ĂŞtre rejointes par Evere et les Woluwe et peut-ĂŞtre par Bruxelles-Ville si le MR local parvient Ă  convaincre le collège de la Ville.

C’est en septembre 2008 que l’actuel prĂ©sident de l’Ubcna, Didier Gosuin, a dĂ©noncĂ© la crĂ©ation de ce terminal low-coast sans permis. PrĂ©cisons toutefois qu’Ă  Brussels Airport, on rĂ©pète que ces travaux, situĂ©s en RĂ©gion flamande, ne nĂ©cessitent ni permis d’urbanisme (on rĂ©nove un terminal existant), ni Ă©tude d’incidences, ni la consultation de la RĂ©gion bruxelloise.

Face Ă  ces arguments, l’Ubcna rĂ©torque qu’il existe un arrĂŞt de la Cour europĂ©enne de Justice du 28 fĂ©vrier 2008, concernant l’extension de l’aĂ©roport de Bierset, qui stipule que le moindre chantier aĂ©roportuaire doit faire l’objet d’une Ă©tude d’incidences.

Selon Bernard Guillaume, le recours des cinq communes est imminent. Il s’articulerait autour de deux arguments. D’abord, toute modification d’un bâtiment Ă  des fins aĂ©roportuaires nĂ©cessite une Ă©tude d’incidences. Ensuite, la mise en Âśuvre de ce terminal va augmenter les mouvements d’avions, ce qui justifie l’imposition d’une Ă©tude d’incidences (qui prĂ©cède le permis). L’arrĂŞt de 2008 se rĂ©fère Ă  une directive europĂ©enne qui prend le pas sur la lĂ©gislation rĂ©gionale.

Chez la ministre de l’Environnement Evelyne Huytebroeck (Ecolo), on sort du bois : le 25 mars, la RĂ©gion bruxelloise a Ă©tĂ© consultĂ©e pour une demande de dĂ©rogation de Brussels Airport pour Ă©viter un rapport d’incidences. Demande rejetĂ©e. L’attitude rĂ©gionale est nĂ©anmoins timorĂ©e quand on sait la diffĂ©rence entre un rapport (quelques semaines) et une Ă©tude d’incidences (six mois/un an). Hilde Crevits (CD&V), ministre flamande de l’Environnement, s’aligne sur la RĂ©gion bruxelloise : d’accord pour un rapport. Mais pour une Ă©tude, par contre…