La Région de Bruxelles se dote de son 2e Plan bruit

La Région bruxelloise a préparé son projet de Plan de prévention et de lutte contre le bruit en milieu urbain 2008-2013. Il renforce les coopérations entre l’IBGE et l’AED. Et sera à l’enquête publique du 15 octobre au 31 décembre.

En 2000, la Région bruxelloise avait fait figure de pionnière en lançant un premier « Plan de lutte contre le bruit en milieu urbain 2000-2005 ». Celui-ci concernait toutes les sources de bruit. « Il visait principalement à dresser une image précise de la situation existante, à mettre au point des instruments de gestion et à tester leur mise en application », rappelle Evelyne Huytebroeck (Ecolo), ministre de l’Environnement et de l’Energie.

Depuis, une directive européenne impose un Plan bruit pour 2008. « Nous revoyons donc ce plan pour être conformes aux dispositions européennes mais aussi pour en améliorer la portée », précise Jean-Rodolphe Dussart, conseiller politique au cabinet de la ministre Huytebroeck. Voici donc le 2e Plan du genre intitulé « Plan régional de prévention et de lutte contre le bruit en milieu urbain 2008-2013 ». Adopté au gouvernement en première lecture, ce projet de plan sera soumis à l’enquête publique du 15 octobre au 31 décembre.

30 pc exposé au bruit routier

« Le bruit a des impacts non-négligeables sur la santé », insiste Jean-Rodolphe Dussart. « Il peut provoquer des traumatismes, pouvant être irréversibles, de l’appareil auditif, mais il peut aussi être source de stress, de difficultés de concentration et de problèmes cardiovasculaires ». Il alerte : « C’est assez pernicieux; on ne se rend pas toujours compte que le bruit peut avoir de tels impacts, et ce chez tout le monde ». Or, à Bruxelles, 30 pc de la population est exposé à un niveau de bruit gênant du trafic routier (plus de 60 DB), 17 pc des ménages sont incommodés par le trafic aérien et 21 pc par les bruits de voisinage. « Plus de 50 pc des plaintes adressées à Bruxelles Environnement concerne un problème de bruit. Beaucoup de Bruxellois souffrent du bruit. C’est d’ailleurs l’une des premières causes de déménagement des Bruxellois », souligne Evelyne Huytebroeck.

Ce 2e Plan bruit vise à réduire les nuisances sonores à Bruxelles, tout en tenant compte de la spécificité urbaine de Bruxelles. En ligne de mire : les bruits structurels liés à la circulation routière, ferroviaire et aérienne; et les bruits conjoncturels, c’est-à-dire plus locaux comme les chantiers, l’horeca, le voisinage, les marchés, etc.

Le Plan bruit s’articule autour de dix axes. Parmi les priorités, on retiendra la réduction du bruit dû au trafic routier. « La coordination est renforcée entre Bruxelles Environnement et Bruxelles Mobilité lorsqu’il y a des travaux publics de voiries », indique la ministre. Concrètement, « dès la conception des aménagements et réaménagements de voiries, on intègre des critères de bruit pour en réduire les nuisances sonores ». Jean-Rodolphe Dussart explique : « Il s’agit de jouer sur le revêtement puisqu’à partir de 50 km/h le bruit de frottement est plus important que le bruit de moteur; la vitesse; et la configuration de la voirie ». Des exemples ? Sur le boulevard du Triomphe a été créée une contre-allée du côté logement et la vitesse a été réduite en supprimant la berme centrale, « ce qui permet de réduire le bruit jusqu’à 6 DB, soit deux fois moins de bruit », se félicite M. Dussart. Le plan 2008-2013 dresse ainsi une liste d’une trentaine de sites routiers et de transports publics à étudier et/ou assainir en priorité (rue de la Brasserie, chaussée de Gand, boulevard et avenue Léopold III, mise à quatre voies dans le cadre de la réalisation du RER-ligne 124 (Uccle),…).

Pour les sources ponctuelles de bruit (horeca, disputes de voisinage, chiens, etc.), la Région mise sur la voie de la médiation en collaboration avec des relais locaux (agents communaux, éco-conseillers, police,…).

Création d’un observatoire

Le plan 2008-2013 fixe encore comme priorités d’accroître le confort acoustique des logements; de promouvoir les nouvelles technologies permettant de réduire les nuisances sonores (isolation, voitures moins bruyantes, etc.); de créer un Observatoire de suivi des plaintes « bruit »; de définir et de protéger des « zones calmes », soit des zones délimitées par la Région où les normes de bruit pourraient être inférieures à la moyenne comme des intérieurs d’îlots et des espaces verts; et d’aboutir à un accord de coopération avec l’Etat fédéral et la Région flamande relatif au problème des nuisances sonores provoquées par les vols de l’aéroport de Bruxelles-National.

Après l’enquête publique, le projet de plan passera au gouvernement pour une 2e lecture. Le Plan bruit 2008-2013 devrait être d’application aux alentours des vacances de Pâques 2009.

Le projet de plan peut être téléchargé sur le web [www.bruxellesenvironnement.be/planbruit->http://www.bruxellesenvironnement.be/planbruit]. Il peut aussi être consulté dans toute administration communale.