Des centaines d’avions pour le Golfe

vu dans La Libre Belgique du 13.11.2007

StimulĂ©es par une croissance exponentielle du trafic aĂ©rien au Moyen-Orient, les compagnies du Golfe tentent d’Ă©tancher leur soif d’avions en commandant Ă  tour de bras, comme l’illustrent les annonces faites dimanche et lundi au Salon aĂ©ronautique de DubaĂŻ.

Ainsi la compagnie du gouvernement de DubaĂŻ, Emirates, qui a transportĂ© 17,5 millions de passagers durant l’annĂ©e budgĂ©taire 2006/2007 (achevĂ©e fin septembre), a passĂ© dimanche la plus grande commande dans l’histoire d’Airbus, avec 70 long-courriers A350 fermes et 50 en option et 11 gros porteurs A380 fermes, pour une valeur de 20,2 milliards de dollars. Ce contrat fait d’elle un client vital pour l’avionneur europĂ©en, d’autant plus qu’elle avait achetĂ© auparavant 47 avions gĂ©ants A380. Emirates s’est Ă©galement engagĂ©e auprès du rival d’Airbus, Boeing, en commandant dimanche 12 long-courriers 777-300 d’une valeur de 3,2 milliards de dollars.

Expansion vertigineuse

Lundi, c’Ă©tait au tour du loueur d’avions de DubaĂŻ, DCA Capital, filiale de l’entreprise publique Dubai Aerospace Enterprise (DAE), d’annoncer des intentions d’achats de 200 avions Ă©galement partagĂ©s entre Boeing et Airbus : 13,7 milliards de dollars pour le premier et 13,5 pour le second.

La compagnie aĂ©rienne du Qatar voisin, Qatar Airways, avait elle fait savoir dimanche qu’elle avait dĂ©boursĂ© 6,1 milliards de dollars auprès de Boeing pour acquĂ©rir 35 appareils.

Les compagnies d’Arabie Saoudite n’Ă©taient pas en reste : l’opĂ©rateur privĂ© NAS, spĂ©cialisĂ© dans les voyages d’affaires, a passĂ© dimanche une commande ferme Ă  Airbus de 20 moyen-courriers A320, pour plus de 2 milliards de dollars. Et la sociĂ©tĂ© publique Saudi Arabian Airlines a signĂ© lundi une lettre d’intention avec Airbus pour l’acquisition d’un nombre quasi-similaire d’appareils du mĂŞme modèle : 22 A320.

Enfin, la plus grande low-cost du Moyen-Orient, l’Ă©miratie Air Arabia, a commandĂ© lundi Ă  Airbus 34 A320 et pris une option sur 15 autres pour un total de quelque 3,5 milliards de dollars.

Selon les dernières prĂ©visions du constructeur aĂ©ronautique amĂ©ricain Boeing, le Moyen-Orient devrait investir 190 milliards de dollars pour 1 160 appareils ces 19 prochaines annĂ©es. Sur la mĂŞme pĂ©riode, il s’attend Ă  une croissance annuelle de 5,7 pc en termes de passagers et de 7,1 pc sur le fret – des taux supĂ©rieurs Ă  la moyenne mondiale prĂ©vue.

Au premier semestre 2007, le Moyen-Orient a mĂŞme enregistrĂ© un bond du trafic passagers de 18,7 pc, taux le plus Ă©levĂ© du monde, selon l’Association internationale du transport aĂ©rien (IATA). Parties de rien il y a dix ans, ces compagnies connaissent une expansion vertigineuse, les gouvernements de la rĂ©gion cherchant Ă  diversifier leurs revenus pour faire face Ă  l’après-pĂ©trole, en dĂ©veloppant le transport aĂ©rien et le tourisme.