SkyEurope atterrit Ă  Bruxelles

BasĂ©e Ă  Bratislava, elle propose dĂ©sormais de relier Zaventem et Cracovie, une première.C’est la plus importante compagnie low-cost d’Europe centrale.
Elle a été fondée par deux Belges en septembre 2001.

BELGA

Ce lundi matin, le taux d’occupation de l’avion bleu et rouge qui arrivait Ă  Bruxelles-National en provenance de Cracovie et qui repartait dans l’autre sens, s’Ă©levait Ă  70 pc dans les 2 cas, affirmait en souriant Alain Skowronek, un des deux fondateurs avec le Belgo-Autrichien Christian Mandl, le 6 septembre 2001 (5 jours seulement avant les attentats…), de SkyEurope Airlines, la compagnie low-cost basĂ©e Ă  Bratislava, en Slovaquie, et tout juste dĂ©barquĂ©e Ă  Bruxelles pour une nouvelle liaison, trois fois par semaine, jusqu’Ă  Cracovie.

En moins de 5 ans, SkyEurope s’est imposĂ©e comme la première compagnie low-cost d’Europe centrale et orientale. Elle a transportĂ© 3,5 millions de passagers depuis sa crĂ©ation -2 millions en 2005-, dispose d’une flotte de 16 Boeing 737 et 32 nouveaux Boeing 737-700 seront livrĂ©s entre 2006 et 2010 et remplaceront petit Ă  petit les 16 actuels. SkyEurope opère Ă  partir de 5 bases: Bratislava-Vienne (elle est de facto la compagnie «nationale» de Slovaquie, surtout depuis la reprise de Slovak Airlines par Austrian Airlines, avec 63 pc de parts de marchĂ© du trafic de l’aĂ©roport en 2005), Budapest (elle est la low-cost la plus importante en nombre de mouvements d’avion en Hongrie), Prague, Cracovie (elle y est la low-cost la plus importante en mouvements de passagers et d’avion) et Varsovie. Un marchĂ© de l’Europe centrale et orientale en pleine expansion encore loin des 2 dĂ©placements en avion par personne et par an des pays de l’Europe des 15 (d’avant l’Ă©largissement de 2004). Depuis septembre, SkyEurope est cotĂ©e en bourse Ă  Vienne et Varsovie.

Manque d’image «loisirs»

Pourquoi Bruxelles? «C’est une dĂ©cision rationnelle», a expliquĂ© lundi Alain Skowronek, «C’est la première liaison directe au dĂ©part de Bruxelles vers le Sud de la Pologne». Cracovie va plaire aussi bien aux touristes qu’aux hommes d’affaires. Mais pourquoi seulement maintenant Ă  Bruxelles, la Belgique Ă©tant le 20 Ă©me pays oĂą SkyEurope est prĂ©sente? Justement parce que de l’autre cĂ´tĂ©, en Slovaquie, selon le prĂ©sident de la compagnie, «Bruxelles et la Belgique manquent d’une image loisirs auprès de la population», au contraire d’Amsterdam, Paris ou Rome par exemple, des villes qui sont dĂ©jĂ  accessibles depuis Cracovie. Car SkyEurope se targue de transporter une clientèle originaire, Ă  50-50, des pays d’Europe occidentale et de ceux d’Europe centrale et orientale. Elle sĂ©lectionne des aĂ©roports qui conviennent Ă  la fois aux passagers loisirs et d’affaires. Donc Paris-Orly plutĂ´t que Paris-Beauvais et, chez nous, Bruxelles-National de prĂ©fĂ©rence Ă  Charleroi-Bruxelles Sud (comme Ryanair) ou Liège. «Le choix s’est opĂ©rĂ© en fonction du coĂ»t et du meilleur confort pour le passager. Bruxelles est le meilleur compromis pour les passagers loisirs et affaires mĂŞme s’il y a une diffĂ©rence de coĂ»t», a indiquĂ© Alain Skovronek.

L’an dernier, SkyEurope, qui emploie 800 personnes (dont 160 pilotes) a enregistrĂ© un chiffre d’affaires de 112 millions d’euros. Celui-ci atteindrait, selon les analystes, 170 Ă  180 millions en 2006 pour un total de 2,5 millions de passagers. La compagnie ne devrait pas ĂŞtre profitable avant 2007, comme prĂ©vu au dĂ©part. Mais «la tendance est très bonne», prĂ©voit le patron. «Le coĂ»t unitaire au siège/kilomètre est de 5 centimes, pour 6 Ă  EasyJet ou 8 Ă  Austrian Airlines, notre concurrent direct». Pour le moment, Ă  Zaventem, seule Cracovie est Ă  l’ordre du jour Ă  partir de 29 € tout compris l’aller simple. «On teste l’eau avec une première route et après, on verra si on peut Ă©tendre l’offre», a encore prĂ©cisĂ© le patron. Il y a par exemple 6 routes au dĂ©part de Paris.

© La Libre Belgique 2006