Le dossier Zaventem s’embourbe

Pour les Bruxellois, les derniĂšres pistes sur la table mĂšnent Ă  une impasse.

Elles concentrent le bruit sur la capitale et d’autres villes et ignorent la sĂ©curitĂ©.

Ph. Law.

AprĂšs des mois de nĂ©gociations, le dossier du bruit des avions de Zaventem fait du surplace. La rencontre de vendredi entre le fĂ©dĂ©ral ainsi que les exĂ©cutifs bruxellois et flamand n’a dĂ©bouchĂ© sur aucun accord. «Depuis 4 mois, un groupe technique rĂ©unissant les reprĂ©sentants des gouvernements fĂ©dĂ©ral, bruxellois et flamand se rĂ©unit pour tenter de dĂ©gager un accord dans le dĂ©licat dossier des vols de nuit. Ces reprĂ©sentants ont Ă©tĂ© soutenus dans leur dĂ©marche par une commission d’experts qui a rĂ©alisĂ© un travail en profondeur basĂ© sur plusieurs Ă©tudes scientifiques destinĂ© Ă  objectiver le dĂ©bat. Malheureusement, force est de constater qu’il ne reste pas grand-chose de cette mĂ©thode de travail positive initiĂ©e par le ministre de la Mobilité», dĂ©plorent le ministre-PrĂ©sident bruxellois Charles PicquĂ© (PS) et la ministre de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck (Ecolo). Pour eux, les derniĂšres propositions sur la table «ne peuvent mener qu’Ă  une impasse».

Pour des observateurs, le ministre fĂ©dĂ©ral de la MobilitĂ©, Renaat Landuyt (SP.A), qui tentait de concilier les diffĂ©rentes propositions, Ă©pouse doucement les pistes flamandes. En tĂ©moignent ses derniĂšres suggestions: tous les dĂ©collages sur la piste 25 gauche le samedi de 15h Ă  7h et le dimanche sur la courte piste 20 de 7h Ă  15h (contradiction avec l’arrĂȘt du conseil d’Etat).

L’ensemble du schĂ©ma pour le week-end octroie 24 heures de repos au Noordrand (nord de Bruxelles) sans une heure de rĂ©pit Ă  la capitale, ni aux riverains de l’est de la capitale (Oostrand). Le ministre Landuyt qui aurait proposĂ© dans un premier temps un allongement de la nuit (de 6h Ă  7h) ne le suggĂšre maintenant que pour 4 nuits sur 7 (mardi, jeudi, samedi et dimanche). Pour l’exĂ©cutif bruxellois, l’usage intensif de la piste 25 gauche qu’exige la Flandre en journĂ©e le week-end est «totalement irrĂ©aliste». Il estime qu’il mĂ©connaĂźt la limitation de la capacitĂ© qu’il impose Ă  l’aĂ©roport national, l’augmentation du bruit pour certains quartiers de l’Oostrand et la commune de Zaventem ainsi que «la dĂ©gradation de la sĂ©curitĂ© induite par le nĂ©cessaire raccourcissement de la piste». La Flandre rĂ©itĂšre sa proposition visant Ă  orienter (le week-end) les avions dĂ©collant de la piste 25 droite vers ChiĂšvres soit sur la route du Ring (avions bruyants), soit sur la route du Canal (avions moins bruyants). Or elle peut entraĂźner des collisions au-dessus de Drogenbos. Le seul point d’accord entre les parties serait l’abandon de la route Chabert (qui traverse Bruxelles de part en part) qui doit ĂȘtre recalĂ©e sur la route du Canal. Sans Ă©lĂ©ment neuf, Bruxelles menace d’activer les astreintes qu’il est en droit d’exiger depuis le 16 octobre. «S’il n’y a plus de climat de nĂ©gociation positive, il faut rĂ©clamer les astreintes. Le fĂ©dĂ©ral doit prendre ses responsabilitĂ©s et faire des propositions qui respectent les dĂ©cisions judiciaires, car celles-ci ne visent pas la RĂ©gion flamande, mais lui», estime BenoĂźt Cerexhe, ministre bruxellois de l’Economie (CDH).

© La Libre Belgique 2005