Le dossier Zaventem s’embourbe

Pour les Bruxellois, les dernières pistes sur la table mènent à une impasse.

Elles concentrent le bruit sur la capitale et d’autres villes et ignorent la sĂ©curitĂ©.

Ph. Law.

Après des mois de nĂ©gociations, le dossier du bruit des avions de Zaventem fait du surplace. La rencontre de vendredi entre le fĂ©dĂ©ral ainsi que les exĂ©cutifs bruxellois et flamand n’a dĂ©bouchĂ© sur aucun accord. «Depuis 4 mois, un groupe technique rĂ©unissant les reprĂ©sentants des gouvernements fĂ©dĂ©ral, bruxellois et flamand se rĂ©unit pour tenter de dĂ©gager un accord dans le dĂ©licat dossier des vols de nuit. Ces reprĂ©sentants ont Ă©tĂ© soutenus dans leur dĂ©marche par une commission d’experts qui a rĂ©alisĂ© un travail en profondeur basĂ© sur plusieurs Ă©tudes scientifiques destinĂ© Ă  objectiver le dĂ©bat. Malheureusement, force est de constater qu’il ne reste pas grand-chose de cette mĂ©thode de travail positive initiĂ©e par le ministre de la Mobilité», dĂ©plorent le ministre-PrĂ©sident bruxellois Charles PicquĂ© (PS) et la ministre de l’Environnement, Evelyne Huytebroeck (Ecolo). Pour eux, les dernières propositions sur la table «ne peuvent mener qu’Ă  une impasse».

Pour des observateurs, le ministre fĂ©dĂ©ral de la MobilitĂ©, Renaat Landuyt (SP.A), qui tentait de concilier les diffĂ©rentes propositions, Ă©pouse doucement les pistes flamandes. En tĂ©moignent ses dernières suggestions: tous les dĂ©collages sur la piste 25 gauche le samedi de 15h Ă  7h et le dimanche sur la courte piste 20 de 7h Ă  15h (contradiction avec l’arrĂŞt du conseil d’Etat).

L’ensemble du schĂ©ma pour le week-end octroie 24 heures de repos au Noordrand (nord de Bruxelles) sans une heure de rĂ©pit Ă  la capitale, ni aux riverains de l’est de la capitale (Oostrand). Le ministre Landuyt qui aurait proposĂ© dans un premier temps un allongement de la nuit (de 6h Ă  7h) ne le suggère maintenant que pour 4 nuits sur 7 (mardi, jeudi, samedi et dimanche). Pour l’exĂ©cutif bruxellois, l’usage intensif de la piste 25 gauche qu’exige la Flandre en journĂ©e le week-end est «totalement irrĂ©aliste». Il estime qu’il mĂ©connaĂ®t la limitation de la capacitĂ© qu’il impose Ă  l’aĂ©roport national, l’augmentation du bruit pour certains quartiers de l’Oostrand et la commune de Zaventem ainsi que «la dĂ©gradation de la sĂ©curitĂ© induite par le nĂ©cessaire raccourcissement de la piste». La Flandre rĂ©itère sa proposition visant Ă  orienter (le week-end) les avions dĂ©collant de la piste 25 droite vers Chièvres soit sur la route du Ring (avions bruyants), soit sur la route du Canal (avions moins bruyants). Or elle peut entraĂ®ner des collisions au-dessus de Drogenbos. Le seul point d’accord entre les parties serait l’abandon de la route Chabert (qui traverse Bruxelles de part en part) qui doit ĂŞtre recalĂ©e sur la route du Canal. Sans Ă©lĂ©ment neuf, Bruxelles menace d’activer les astreintes qu’il est en droit d’exiger depuis le 16 octobre. «S’il n’y a plus de climat de nĂ©gociation positive, il faut rĂ©clamer les astreintes. Le fĂ©dĂ©ral doit prendre ses responsabilitĂ©s et faire des propositions qui respectent les dĂ©cisions judiciaires, car celles-ci ne visent pas la RĂ©gion flamande, mais lui», estime BenoĂ®t Cerexhe, ministre bruxellois de l’Economie (CDH).

© La Libre Belgique 2005