Le ministre Landuyt persiste et signe

Alors que les riverains ont adressé une demande de saisie d’un bâtiment fédéral, le ministre de la Mobilité, Renaat Landuyt dément devoir payer des astreintes pour l’utilisation de certaines pistes à l’aéroport de Zaventem, le week-end.

Breny

Le ministre de la Mobilité Renaat Landuyt a fait savoir vendredi via sa porte-parole qu’il comptait convaincre le Juge des Saisies que l’utilisation de la piste 02 n’a été effective que lorsque les conditions de sécurité sur les autres pistes l’imposaient et seulement lorsque les normes de vent ont été dépassées, et par voie de conséquence, que le paiement d’astreintes n’est pas justifié.

Les représentants des habitants de la périphérie est de l’aéroport national ont indiqué vendredi matin avoir adressé jeudi un commandement pour procéder à une saisie immobilière exécutoire sur le bâtiment Mercator actuellement mis en vente par l’Etat belge et situé 26-28, rue de la Loi, à Bruxelles.

Ils ont précisé avoir entrepris cette démarche après avoir fait constater par huissier quelque 900 infractions à l’arrêt de la Cour d’appel de Bruxelles rendu le 17 mars dernier et suspendant l’utilisation préférentielle jugée « illicite, excessive et dangereuse » de la courte piste 02 pour les atterrissages.

Leurs demandes du paiement d’astreintes de 1,25 million d’euros sont selon eux jusqu’ici restées sans réponse de la part du ministre de la mobilité. Celui-ci n’est nullement persuadé que l’Etat belge devra verser les astreintes réclamées.

Nous démontrerons au juge des Saisies que nous n’avons utilisé la piste 02 que pour des raisons de sécurité, et donc seulement lorsque les normes de vent étaient dépassées. L’utilisation de la piste ne s’est donc pas faite sur décision du ministre, a affirmé la porte-parole de Renaat Landuyt, interrogée vendredi. Par son intermédiaire, le ministre a demandé de ne pas porter atteinte à la sérénité des débats en cours dans ce dossier.