Des pilotes inquiets en bout de piste

Un plan de dispersion contraire Ă  l’orthodoxie aĂ©ronautique : en mars 2004, l’union professionnelle des pilotes de ligne belges (Beca) dĂ©nonçait sĂ©vĂšrement certaines dispositions du « plan Anciaux. » Un an et demi plus tard, les commandants de bord ne sont pas calmĂ©s. Que du contraire : leurs dolĂ©ances sont reprises et amplifiĂ©es par leurs collĂšgues internationaux.

Un bon vent a fait atterrir au « Soir » un rapport rĂ©digĂ© en anglais, Ă©mis au niveau mondial par la Beca et l’Ifalpa (l’International federation of air line pilots associations). Pour les pilotes, le plan Anciaux est dangereux. Et ceci Ă  plusieurs titres.

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les pilotes regrettent que l’utilisation des pistes de Bruxelles-National se fasse non en fonction des vents dominants (la rĂšgle de base exige que les dĂ©collages s’effectuent face aux vents), mais d’abord selon un horaire rĂ©pĂ©titif : c’est le principe de dispersion « Ă©quitable » des nuisances.

Ils soulignent ensuite que les innombrables dĂ©cisions politiques, souvent contradictoires, qui ont Ă©maillĂ© le dossier, ont entraĂźnĂ© des modifications trop frĂ©quentes des procĂ©dures de vol : les valeurs des normes de vent, qui guident le choix d’une piste, ont ainsi Ă©tĂ© changĂ©es Ă  plus de dix reprises en moins d’un an.

Suit une longue liste de critiques qui concernent pour la plupart la fameuse piste « 02-20 » (voir l’infographie). Les pilotes observent notamment que la « 02-20 », qui peut ĂȘtre prise dans les deux sens, plus courte et moins bien Ă©quipĂ©e, est utilisĂ©e d’office Ă  certains jours et durant certaines nuits, alors que d’autres pistes sont ouvertes et disponibles.

Le plan Anciaux impose par ailleurs d’utiliser la « 02 » et la « 20 » Ă  certains moments mĂȘme avec du vent arriĂšre important, ce qui reprĂ©senterait un risque. La « 02 » est Ă©galement utilisĂ©e par vent d’est. Or, selon les pilotes, elle ne devrait ĂȘtre utilisĂ©e que par vent de nord.

Autre critique des commandements de bord Ă  l’encontre du plan Anciaux : l’utilisation de pistes qui se croisent au sol certains jours, ainsi que certaines nuits.

Pour les pilotes, c’est clair : les pistes 02 et 20 doivent ĂȘtre mises en service comme une piste secondaire de dĂ©pannage (comme c’Ă©tait le cas naguĂšre) et ne peuvent pas ĂȘtre reprises dans un schĂ©ma de dispersion Ă  but environnemental et politique.

De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, les commandants de bord affirment que ce sont les rĂšgles aĂ©ronautiques internationales de l’Icao (International civil aviation organization) qui doivent dĂ©terminer l’exploitation d’un aĂ©roport et non des dĂ©cisions politiques.

WILLIAM BOURTON – vendredi 09.09.2005