Ce lundi 7 mars 2005,
inauguration de la nouvelle tour de contrĂ´le de Bruxelles-National.

Les personnes survolĂ©es en provenance de toutes les zones voisines de Zaventem, du nord, du centre, de l’est et de l’ouest, de rĂ©gion flamande ou de rĂ©gion bruxelloise – rappelent que le but principal de cette nouvelle tour de contrĂ´le est de permettre une forte augmentation du trafic aĂ©rien Ă  Bruxelles, en facilitant la croissance du trafic qui grâce Ă  ce nouvel Ă©quipement pourrait très facilement doubler des 250.000 vols annuels de 2004 vers un objectif programmĂ© de 400.000 vols par an.

Ces personnes survolĂ©es tĂ©moignent que le Plan de Dispersion n’a rien apportĂ© du tout comme solution Ă  leurs problèmes, que ce compromis Ă  la belge reste toujours une solution temporaire soumise Ă  Ă©valuation ; et que ce temporaire a tendance Ă  s’Ă©terniser dĂ©finitivement, alors que tout le monde s’oppose de plus en plus Ă  une politique de dispersion des nuisances des avions, dĂ©cision qui disperse les nuisances au lieu de les diminuer en les attaquant Ă  la source.

Les personnes survolĂ©es rappelent que le droit au repos, Ă  la tranquillitĂ© et Ă  un environnement sain sont garantis constitutionnellement, et que tout voisin d’un aĂ©roport n’a pas Ă  endurer les effets nĂ©gatifs des mauvaises gestions aĂ©roportuaires. Ainsi Ă  Zaventem, l’absence de toute autoritĂ© de contrĂ´le pouvant dresser des amendes et contraventions aux infractions aĂ©roportuaires fait cruellement dĂ©faut. Bruxelles-National reste un aĂ©roport « cowboy » oĂą tous les types d’avions sont permis, les routes ne sont pas suivies, les normes de bruit ne sont pas respectĂ©es et la tour de contrĂ´le ferme les yeux sur toutes ces infractions.

Zaventem reste un des seuls aĂ©roports mondiaux oĂą rien n’a Ă©tĂ© fait pour lutter contre le bruit du trafic aĂ©rien. Pas un franc n’est investi dans le but de protĂ©ger lescentaines de milliers d’habitants qui se trouvent sous les trop nombreux couloirs aĂ©riens, les personnes survolĂ©es ne sont pas Ă©coutĂ©es et encore moins respectĂ©es.

Les personnes survolĂ©es dĂ©noncent cette anarchie Ă  Zaventem, et le fait qu’au nom du dĂ©veloppement Ă©conomique, l’Etat belge et les gestionnaires aĂ©roportuaires sont d’accord de sacrifier des centaines de milliers de personnes survolĂ©es, mĂŞme si ces habitants Ă©taient installĂ©s ou avaient construits bien avant la crĂ©ation de cet aĂ©roport. Personne ne ressent de volontĂ© d’assurer un dĂ©veloppement environnemental durable autour de Zaventem.

Ainsi les personnes survolĂ©es tĂ©moignent, en ce jour d’inauguration de la Tour de contrĂ´le, qu’elles sont les premières Ă  souffrir de ce dĂ©veloppement totalement … incontrĂ´lĂ© du trafic aĂ©rien autour de Zaventem, et que l’Etat belge, Biac-Macquarie et Belgocontrol continuent malgrĂ© tout Ă  investir sur un site aĂ©roportuaire totalement dĂ©suet, vieux, mal situĂ©, sous-Ă©quipĂ© et qui aurait du ĂŞtre dĂ©localisĂ© depuis très longtemps en raison de sa situation trop urbanisĂ©e autour de Bruxelles, Louvain et Malines.

Les personnes survolées, une plate-forme de travail regroupant les associations Brussel Air Libre Bruxelles, AWACSS Wezembeek, Wake-Up Kraainem et UBCNA-BUTV