Communiqué de presse
des 67 riverains de la piste d’atterrissage 02

Les 67 riverains, qui par une d√©marche citoyenne, ont √©t√© entendus hier par le tribunal de premi√®re instance de Bruxelles, lors de l’ordonnance imposant SANS DELAI, l’utilisation intensive et pr√©f√©rentielle de la piste 02 pour les atterrissages sont fort √©tonn√©s de la teneur des propos du Ministre de la Mobilit√©, Renaat Landuyt.

Ils apprennent avec √©tonnement que le Ministre Landuyt aurait d√©cid√©, sans en r√©f√©rer √† ses coll√®gues du Conseil des Ministres, d’aller en appel de ce jugement.

Les 67 riverains pr√©cisent que lors du Conseil des Ministres du 16 janvier 2004, tenu √† Grand-Leez, il avait √©t√© d√©cid√© que toute la probl√©matique de la politique a√©roportuaire serait jusqu’√† nouvel ordre g√©r√©e coll√©gialement par l’ensemble du Conseil des Ministres.

Le Ministre de la Mobilit√© avait √©t√© charg√© de rapporter toutes les deux semaines au Cabinet restreint √† propos des mesures √† prendre pour appliquer le plan de dispersion et de mettre √† disposition de l’ensemble du gouvernement tous les documents y aff√©rents.

Landuyt n’est pas cons√©quent avec lui-m√™me : d’une part il affirme le caract√®re temporaire du plan de dispersion et la n√©cessit√© de l’√©valuer ( plan temporaire soumis √† √©valuation sur base d’un cadastre du bruit, d√©cision du Conseil des Ministres du 3 d√©cembre 2003 ); et d’autre part il court en appel.

De plus, l’explication donn√©e par Landuyt pour justifier son recours en appel rel√®ve de l’escroquerie intellectuelle : il dit que le jugement est bas√© sur le fait qu’il n’est pas acceptable d’avoir un a√©roport si pr√®s de la ville et que c’est cette pr√©misse du jugement l’oblige √† aller en appel, rien n’est plus faux ! Le dispositif du jugement n’est absolument pas bas√© sur ce motif !

Les 67 riverains se souviennent que lors de la crise DHL, l’ensemble des membres du Gouvernement ont confirm√© le caract√®re excessif des nuisances des atterrissages concentr√©s sur la piste 02 ( probl√®me de la fr√©quence des survols ) ainsi que la n√©cessit√© de revoir rapidement le plan de dispersion sous pr√©texte qu’il ne fonctionnait pas.

En conséquence, les 67 riverains souhaitent voir les ministres agir de manière conséquente par rapport à leurs propres discours et attendent de leur part :
– qu’ils confirment la comp√©tence exclusive du Conseil des Ministres en mati√®re de recours en justice
– qu’ils d√©cident de ne pas interjeter appel et d’utiliser le d√©lai de mise en application du jugement ( end√©ans les 3 mois ) pour s’atteler √† une r√©vision s√©rieuse du plan de dispersion.