Lettre ouverte d’un ancien commandant de bord de la Sabena
aux responsables politiques

Bruxelles, le 27 juin, 2004.

Messieurs les Responsables,

Fortuitement j’ai assistĂ© avec plusieurs de mes collĂšgues,anciens Commandants SABENA ,Ă  un spectacle Ă©tonnant qui nous a interpellĂ© car, jamais ,nous n’avions Ă  exĂ©cuter dĂ©libĂ©rĂ©ment des manoeuvres dangereuses au cours de nos 20 – 25 000 heures de vol. Pas en Europe.

Nous avons assistĂ© au dĂ©collage d’un gros-porteur d’une compagnie africaine, dont le Commandant, s’il savait ce qu’il faisait, n’a pas eu le courage ou l’autoritĂ© de refuser de dĂ©coller de la piste 20.

Il avait sans doute raison puisque lui et quelques centaines de Bruxellois sont vivants.

Nous avons devisĂ©, « vielles tiges », des jours heureux oĂč des inepsies pareilles eussent Ă©tĂ© impossibles. La Corporation des pilotes belges y veillait et donc la SABENA et donc le Politique.

A chacun ses compĂ©tences et nous Ă©tions lĂ  pour y veiller. Jamais nous n’aurions acceptĂ© de compromettre la sĂ©curitĂ©. Le choix de la piste appartient au Commandant de bord qui respecte, si faisable bien sĂ»r,les recommandations du contrĂŽle aĂ©rien. Sans devoir se justifier verbalement ou par Ă©crit Ă  qui que ce soit.

La compĂ©tence universelle n’existe pas. Ou n’existe plus. A chacun son boulot et le vĂŽtre ,Messieurs, n’est sĂ»rement pas de rĂ©gler le traffic aĂ©rien. On nous dit que vous vous occupez de beaucoup de choses sans ĂȘtre compĂ©tents ! C’est vrai, mais cela mĂšne, en Belgique, rarement Ă  un carnage tel que la chute d’un gros porteur chargĂ© de 150 000 ltrs de kĂ©rosĂšne Ă  WoluwĂ© ST. Pierre-Krainem provoquerait. Ce sera chose faite si vous persistez !

N’est-il pas curieux de voir que certains d’entre vous,en promouvant ou en empĂšchant la chute de la SABENA, n’aient en mĂȘme temps Ă©liminĂ© le seul « contre-pouvoir  » qui aurait empĂšchĂ© vos agissements?

Nous sommes tombĂ©s d’accord ce matin pour plaindre le pauvre pilote qui, dans son pays, est Ă  la merci des dirigeants qui ne lui permettraient certainement pas de vouloir faire le « malin » Ă  Bruxelles oĂč, pour l’Africain du moins, le contrĂŽle aĂ©rien est Ă  prendre au sĂ©rieux. LĂ ,nous en avons fait l’expĂ©rience ces 50 derniĂšres annĂ©es, le contrĂŽle appartient Ă  la tribu dominante.

Y aurait-il un parallĂšle ?….. Depuis peu ?

Dans l’Ă©ventualitĂ© de ce dĂ©sastre annonçé, ou mĂȘme d’un incident grave, nous sommes d’accord, informellement pour l’instant, pour nous porter tĂ©moins et de vous accabler avec tout le poids de notre expĂ©rience, honteux que nos jeunes collĂšgues aient Ă  se plier Ă  des inepsies manifestes.

P.P.

Cdt.de bord ex.SABENA er.