Réponse du FDF

Par la pr√©sente, je r√©serve r√©ponse quant √† votre demande de position du FDF sur votre plan en 10 points pour l’avenir de l’a√©roport de Bruxelles-National.

Pour rappel, nous n’avons pas manqu√© de vous transmettre r√©guli√®rement les prises de position du FDF dans ce dossier. D√®s lors, les r√©ponses reprises ci-apr√®s compl√®tent ces communications ant√©rieures.

POINT 1

Par sa conf√©rence de presse du 7 avril sur le dossier DHL, le FDF a clairement marqu√© son opposition √† toute extension des activit√©s de DHL √† l’a√©roport de Bruxelles-National. Par cette prise de position, nous souhaitons la d√©localisation du transport de fret ou de courrier express vers d’autres a√©roports en Belgique, de pr√©f√©rence vers ceux qui sont √©loign√©s des centres urbains.

POINT 2

Depuis longtemps, le FDF s’est prononc√© pour la cr√©ation d’un TGV des marchandises. La sous-exploitation du r√©seau ferroviaire, principalement la nuit, permettra le d√©veloppement d’un tel transport de marchandises sur des destinations √† courte, moyenne ou longue distance, m√™me au-del√† de 600 km. L’avantage du TGV est √©vident en termes environnementaux.
Pour le transport des passagers, le développement du réseau express, tel que le TGV, sur des distances, même supérieures à 600 km, présente également des avantages certains du point de vue environnemental et en gain de temps (notamment accès au centre des villes).

Il convient donc de veiller à la complémentarité des modes de transport sur moyenne ou longue distance en assurant leur desserte en un même lieu.

POINT 3

Accord total sur votre proposition, de pr√©f√©rence par d√©cision des autorit√©s europ√©ennes afin d’√©viter les concurrences entre a√©roports mais si n√©cessaire, par seule d√©cision des autorit√©s belges.

POINT 4

Accord √† vos propositions mais il convient de ne pas oublier la gare centrale qui pr√©sente √©galement des avantages par rapport au centre ville et √† la localisation d’un certain nombre de grands h√ītels pour les personnes venant de l’√©tranger.

POINT 5

Cet objectif doit √™tre atteint √† terme, d√®s lors que le d√©veloppement d’un deuxi√®me a√©roport international pour Bruxelles serait en voie de concr√©tisation.
Dans cette attente, il convient de se conformer notamment √† la jurisprudence du Conseil d’Etat qui exige que le crit√®re de la densit√© de la population soit prise en compte pr√©alablement √† la r√©partition d√©finitive et √©quitable des vols a√©riens.
Combin√© aux mesures pr√©conis√©es au point 7 de votre m√©morandum, ce crit√®re permettra de limiter drastiquement les zones dens√©ment peupl√©es qui seraient survol√©es. Le crit√®re de l’altitude ne peut √† lui seul r√©pondre √† cette exigence.

POINT 6

Bien que ce point concerne particuli√®rement les deux autres R√©gions et qu’il aurait d√Ľ s’appliquer il y a plusieurs d√©cennies d√©j√†, on ne peut √©videmment qu’y souscrire puisqu’il rel√®ve d’une politique intelligente et concert√©e de la planification du territoire.

POINT 7

Accord. Ces deux mesures doivent être confirmées dans le plan définitif de répartition équitable des vols aériens.

POINT 8

La R√©gion flamande est seule comp√©tente pour fixer les conditions environnementales √† la soci√©t√© d’exploitation BIAC. La R√©gion de Bruxelles et les communes concern√©es doivent √™tre consult√©es pr√©alablement √† toute d√©cision des autorit√©s flamandes comp√©tentes. Tel n’est d√©j√† pas le cas. Telle est la raison de l’action judiciaire intent√©e par la R√©gion de Bruxelles √† l’initiative de Didier Gosuin afin de faire annuler la demande de la BIAC de modifier le permis d’environnement.

Conform√©ment aux r√©solutions du Parlement de la R√©gion de Bruxelles, il ne peut √™tre question d’accepter une augmentation du nombre de mouvements a√©riens, limit√© √† 250.000 par an, au d√©part de l’a√©roport de Bruxelles-National.

Avec la mesure visant √† l’interdiction programm√©e des vols de nuit au d√©part de Bruxelles-National et avec notre proposition de refuser l’extension des activit√©s de DHL, le nombre de mouvements annuels devrait √™tre en nette diminution.

La soci√©t√© d’exploitation BIAC doit accepter les r√®gles r√©gionales, fixant les limites de nuisances sonores autoris√©es √† l’immission. L’arr√™t√© du gouvernement de la R√©gion de Bruxelles, pris √† l’initiative de Didier Gosuin, fixant ses limites, doit √™tre pleinement appliqu√© et les infractions constat√©es poursuivies.

POINT 9

Total accord. Revendication reprise par la r√©solution adopt√©e par le Parlement de la R√©gion de Bruxelles, notamment √† l’initiative de Caroline Persoons et de Marie-Jeanne Riquet, d√©put√©es r√©gionales.

POINT 10

Cette revendication a été également reprise dans la résolution adoptée par le Parlement régional.