Les riverains de Gosselies traquent les infractions

Les riverains de l’aĂ©roport de Charleroi ont fait constater par huissier trois vols ayant atterri jeudi soir, en infraction après 22 heures.

Les riverains de l’aĂ©roport de Charleroi (BSCA) ont fait constater par huissier trois vols ayant atterri jeudi soir, après 22 heures, indiquait vendredi matin la RTBF-Radio, sur base d’informations de l’avocat des riverains. Pour celui-ci, ces trois avions Ă©taient en infraction et sous le coup d’une astreinte.

Mardi, le tribunal civil de Charleroi avait dĂ©cidĂ© qu’une astreinte de 10.000 euros frapperait chaque vol qui serait constatĂ© entre 22 heures et 7 heures du matin Ă  l’aĂ©roport de Charleroi. Elle viserait conjointement BSCA et la RĂ©gion wallonne. Or, jeudi, le parlement wallon a adoptĂ© la proposition de dĂ©cret visant Ă  remĂ©dier Ă  ce problème. Le texte interdit tout mouvement avant 6H30 et après 23 heures.

Du cĂ´tĂ© des autoritĂ©s de BSCA, on indique ne pas souhaiter entrer dans une polĂ©mique « stĂ©rile » avec les riverains. « Selon les juristes interrogĂ©s, l’article modifiĂ© du dĂ©cret entrait en application le jour de son adoption, soit jeudi dès sa signature », a indiquĂ© Pierre Fernemont, porte-parole de BSCA, qui regrettait par ailleurs l’information diffusĂ©e vendredi par la RTBF Et d’ajouter que « malgrĂ© la volontĂ© du conseil d’administration de l’aĂ©roport de concilier l’Ă©conomique et le bien ĂŞtre des riverains, il n’y aura jamais d’entente entre les deux parties ».

M. Fernemont a Ă©galement insistĂ© sur le fait que contrairement Ă  certaines dĂ©clarations de riverains, l’aĂ©roport n’a pas pour objectif de s’intĂ©grer dans un « dĂ©veloppement commercial anarchique ». « Nous souhaitions permettre Ă  Ryanair d’agir dans un cadre plus souple sans pour autant dĂ©border des plages horaires », a-t-il dĂ©clarĂ©.

« Tous les avions dĂ©colleront après 6h30 et atterriront entre 22h30 et 23 heures, sauf alĂ©as de l’aĂ©ronautique tels que les conditions climatiques, ou retards et autres », a encore affirmĂ© M. Fernemont.

Si les vols constatĂ©s jeudi soir par huissier s’avèrent effectivement en infraction, l’aĂ©roport paiera l’astreinte fixĂ©e par l’ordonnance du tribunal, a conclu Pierre Fernemont. Une ordonnance qui a Ă©tĂ© officiellement signifiĂ©e jeudi vers 16h30 Ă  BSCA, a-t-on appris.