Ne pas brader les normes bruxelloises

Demain (mercredi 7 juin) débutent les négociations entre gouvernements bruxellois et fédéral afin de dégager un projet de loi définitif (?) sur les procédures aériennes en application pour l’aéroport de Bruxelles-National.

Un des compromis annoncés serait l’allongement de la nuit d’une heure, conformément aux normes européennes (de 23 à 7h) contre la révision des normes de bruit bruxelloises.
Lors de l’audition des experts au sujet du projet de loi du ministre Landuyt sur la procédure des vols à Bruxelles-National, IEB a rappelé par l’entremise de Bruxelles Air Libre Brussel sa position : plafonnement des activités, réduction puis suppression des vols de nuit, nuit allongée de 6 à 7h, concentration sur des routes identifiées et évitant les zones les plus peuplées, expropriations volontaires, vocation de Bruxelles City Airport, etc.
A la veille d’importantes négociations pour le sommeil des riverains bruxellois, IEB encourage le gouvernement à ne pas brader l’arrêté de lutte contre le bruit des avions. Cet instrument juridique est essentiel pour faire respecter les droits des habitants bruxellois. Prétendre que ces mesures castrent le développement de l’aéroport est sans fondement. La violation de ces normes ne représente qu’un pour-cent des vols, dont plus de la moitié entre 6 et 7 heures. L’application de cet arrêté serait donc indolore pour l’aéroport belge, mais capital pour le sommeil des Bruxellois.

IEB appelle donc le Gouvernement bruxellois à maintenir l’Arrêté bruit dans sa forme actuelle.