Pas de ch√®que en blanc pour l’aviation

greenpeace.org
02 mai 2020

Notre ASBL relaye la pétition en ligne de Greenpeace (cliquez sur le lien greenpeace.org ci-dessus)

Le coronavirus a mis un coup de frein dans notre économie et nos déplacements mondialisés. Le secteur de l’aviation, particulièrement touché, demande un soutien financier de la part du contribuable.

La compagnie belge Brussels Airlines demande pas moins de 290 millions au gouvernement f√©d√©ral et TUI Fly Belgium 250 millions, tandis que Air Belgium frappe √©galement √† la porte pour demander de l’aide.

Pourtant, les compagnies a√©riennes ne peuvent pas s‚Äôattendre √† recevoir l‚Äôargent des contribuables quand les temps sont durs et, dans le m√™me temps, ne pas payer de taxes elles-m√™mes quand la p√©riode leur est favorable. Les citoyens et les petites et moyennes entreprises qui sont √©galement en difficult√©s aujourd’hui paient des imp√īts, de la TVA et des droits d’accises sur leur carburant. Les compagnies a√©riennes, en revanche, ne paient pas de taxe sur le k√©ros√®ne ni de TVA sur les billets d’avion.

Si l’argent des contribuables devait malgr√© tout √™tre utilis√© pour soutenir le secteur a√©rien nous esp√©rons que cela serait au moins li√©s √† des conditions fiscales, sociales et environnementales √©quitables. Pour qu’√† l’avenir ‚Äď tout comme vous et moi ‚Äď ces compagnies paient des imp√īts, et pour que ce soutien financier soit utilis√© en priorit√© pour prot√©ger les salari√©s ‚Äď et non les portefeuilles des actionnaires. Les compagnies a√©riennes doivent √©galement s’engager √† r√©duire leur impact sur le climat, car ces derni√®res ann√©es elles ont contribu√© de mani√®re croissante √† l‚Äôaugmentation des √©missions de gaz √† effet de serre.

Envoyez aujourd’hui un mail au ministre comp√©tent Alexander De Croo et aux Ministres-Pr√©sidents r√©gionaux pour leur demander d’utiliser l‚Äôargent public avec pr√©caution. Demandez-leur de s‚Äôassurer que toute aide financi√®re accord√©e √† l‚Äôaviation soit li√©e √† des conditions fiscales et sociales ainsi qu‚Äô√† des objectifs climatiques.

Découvrez la lettre ci-dessous


Monsieur De Croo,
Messieurs Jambon, Vervoort, Di Rupo,

Vous √™tes √©troitement impliqu√©s dans les n√©gociations sur l’utilisation ou non de l’argent des contribuables pour l’aide d’√Čtat √† Brussels Airlines et √©ventuellement √† d’autres compagnies.

En tant que citoyen, je crains vraiment que cela ne devienne un ch√®que en blanc, tandis que tant de citoyens ordinaires, de petits ind√©pendants et de PME sont √©galement en difficult√©. J’attends de vous que, si vous d√©cidiez malgr√© tout d‚Äôaccorder une aide financi√®re aux compagnies a√©riennes, vous combiniez celle-ci avec des garanties strictes afin que l’argent de nos contribuables soit utilis√© pour construire l’avenir :

  • Dans le cadre de cette crise et d’√©ventuelles nouvelles crises, int√©grer d‚Äôabord et avant tout des conditions de protection sociale pour les travailleurs.
  • Les compagnies a√©riennes doivent se conformer aux objectifs de l‚Äôaccord de Paris sur le climat pour limiter le r√©chauffement climatique. L’Autriche montre d√©j√† l‚Äôexemple dans ce domaine. Pour cela, elles doivent soutenir le Green Deal europ√©en et mettre en place un plan visant √† r√©duire leurs √©missions jusqu’√† z√©ro bien avant 2050, cela sans recourir √† des mesures de compensation inefficaces. Cela suppose :
  • La r√©duction du nombre de vols ;
  • Pas de nouvelles extensions des infrastructures a√©riennes comme les a√©roports;
  • Un engagement plus fort en faveur de l’innovation et des carburants propres (k√©ros√®ne synth√©tique, ‚Äúe-fuel‚ÄĚ).
  • Pas d‚Äôargent public pour les profits individuels (r√©mun√©ration des dirigeants, rendement des actionnaires, rachat d‚Äôactions, billets moins chers) ou les paradis fiscaux. √Ä cet √©gard, des pays comme le Danemark et la Pologne ont d√©j√† √©mis un message tr√®s clair.
  • Les aides doivent √™tre temporaires, remboursables et permettre une √©ventuelle r√©duction d’activit√© si les conditions du march√© changent √† la suite de la crise.
  • Un soutien public doit privil√©gier les entreprises financi√®rement saines. Les op√©rations de sauvetage pour des entreprises qui se dirigent vers la faillite m√™me dans des circonstances normales ne doivent pas √™tre soutenues.
  • Il faut pr√©parer √† l‚Äô√©chelle belge et europ√©enne une taxation √©quitable de l’aviation: en introduisant la TVA, une taxe sur les tickets et sur le k√©ros√®ne.
  • Les recettes de ces taxes doivent √™tre investies dans des fonds de transition juste pour aider par la suite √† la reconversion des travailleurs, dans des emplois de qualit√©, notamment vers des secteurs porteurs comme le transport durable et les √©nergies renouvelables o√Ļ leurs comp√©tences en service √† la client√®le, digitalisation, ing√©nierie, entretien, m√©catronique, etc., pourront √™tre valoris√©es et/ou d√©velopp√©es.

Pouvons-nous compter sur votre engagement à traiter ce dossier en ayant pour perspective un avenir durable ?

Je vous prie d’agr√©er, Monsieur le Ministre, et messieurs les Ministres-Pr√©sidents l’expression de mes sentiments distingu√©s.