Brussels Airport verse 100 millions ‚ā¨ de dividendes, dont 27 pour l’Etat !


Ce n’est pas Arnaud Feist qui ¬ę¬†pr√©f√®re¬†¬Ľ distribuer de plantureux dividendes, ce sont ses actionnaires qui le lui demandent.

Parmi ses actionnaires il y a l’√©tat Belge (minoritaire), des actionnaires priv√©s ou royaux via deux fonds Macquarie, ainsi que le pension fund OTPP.¬†de dividendes
Il est clair que la sant√© des Europ√©ens n’est pas la pr√©occupation des Canadiens, nous sommes loin.
M√™me s’il est minoritaire, le gouvernement Belge garde des moyens d’action importants, qu’il n’utilise pas pour l’instant:
Рtaxes aéroportuaires (qui pourraient être multipliées par 10 ou 100 pour les vols de nuit)
Рchoix des routes aériennes,
– modification des horaires d’exploitation dans le respect de la proc√©dure 2014/598 de la CE
– remise en cause de la license d’exploitation de BAIC pour non-respect de ses engagements
L’objectif de toute entreprise priv√©e, surtout am√©ricaine ou canadienne, reste de maximiser ses profits dans le cadre de la r√©glementation en vigueur, et donc de faire pression pour obtenir la meilleure r√©glementation qui soit.
A nous d’inciter les politiques √† faire leur boulot, c-a-d prot√©ger les citoyens en √©tablissant des r√©glementations ad√©quates, √† tous les niveaux.
———————————————————————–
Il y a plusieurs questions distinctes sur ce sujet :
1. Est-ce que l’√©tat Belge (les citoyens) tire un b√©n√©fice ad√©quat de la rente de situation de Brussels Airport?
La r√©ponse est NON, car dans beaucoup d’autres a√©roports (CDG, Heathrow et Schiphol) le niveaux des taxes est plus important et les profits moins √©lev√©s (en % du CA).
 
Il y a donc √† Zaventem un transfert des taxes vers les profits de l’a√©roport. Et alors que l’√©tat touche 100% des taxes il ne touche plus que 25% des profits….
 
Je crois qu’en plus avant son d√©part, J. Galant a accept√© de diminuer¬†encore¬†le niveau des taxes a√©roportuaires de Zaventem pour les 5 ans √† venir.
 
 On voit au passage que le cargo ne contribue pas aux résultats de Brussels Airport.
2. Est-ce que l’a√©roport fonctionnerait encore correctement si on prenait en compte la sant√© des habitants?
 
La réponse est OUI, car:
 
– Si l’on d√©localise les vols cargo de nuit les profits de l’a√©roports ne seront pas affect√©s, seulement ceux de DHL qui devra affr√©ter des camions en plus pour aller charger plus loin ses avions.
 
– Si l’on concentre les routes a√©riennes sur les zones les moins dens√©ment peupl√©es il faudra indemniser les habitants concern√©s pour leur permettre de d√©m√©nager s’il le souhaitent. Cette indemnisation comprendrait:
 
        РLe rachat de 4.000 habitations dans les zones très touchées et leur location à tarif préférentiel après insonorisation.
¬† ¬† ¬† ¬† – Une prime d’indemnisation et d’aide √† l’insonorisation pour 30.000 autres habitations.
 
– Si l’on part alors sur un prix moyen d’habitation de 300.000 ‚ā¨ (c’est moins), alors il faut pouvoir investir environ 1 Milliard d’Euros:
 
 Р600 millions pour le rachat de 4.000 habitations, la moitié du rachat étant financé séparément par un prêt immobilier à 20 ans.
¬†– 450 millions pour l’indemnisation de 30.000 habitations √† hauteur de 15% (en moyenne) de leur valeur immobili√®re.
 
– Le plan d’investissement annonc√© par l’a√©roport √©tant d√©j√† d’un milliard pour les ann√©es √† venir, cela ne ferait qu’obliger l’a√©roport √† doubler ses investissements.
 
– Les 100 millions de profit de l’a√©roport √©tant des montants nets apr√®s imp√īt et¬†en croissance,¬† le b√©n√©fice moyen avant imp√īt pour les 10 ans √† venir sera tr√®s probablement sup√©rieur √† 200 millions. ¬†Un milliard de d√©penses d’investissement en plus ne fera au maximum que diminuer de moiti√© ces b√©n√©fices.
3. Est-ce que les survol√©s contribuent √† la moiti√© des b√©n√©fices de l’a√©roport?
 
OUI: ¬† Compte-tenu du fait que les routes ne sont pas optimis√©es pour permettre l’indemnisation √©quitable du plus petit nombre de personnes survol√©es possible.
 
Cette indemnisation co√Ľterait en moyenne 100 M‚ā¨/an pour les 10 ans √† venir , soit au plus la moiti√© des b√©n√©fices.
Les commentaires de J-N Lebrun