Nuisances sonores – Le bruit baisse dans le ciel de Bruxelles, selon Biac

Près de 7700 riverains « très gênés » par les avions en 2005, contre 31 200 en 1999.

Le nombre d’habitants potentiellement très gênés par les nuisances sonores qu’engendre l’activité de l’aéroport de Bruxelles-National continue de diminuer selon une étude de la KUL réalisée à la demande de Biac, le gestionnaire de l’aéroport.

Selon cette étude, si on se réfère à l’ancienne législation flamande de l’Environnement, ce qui permet une comparaison avec les années précédentes, le nombre d’habitants potentiellement très gênés, qui était encore de 31 231 personnes en 1999, est passé à 8 062 personnes en 2004 et à 7 689 personnes en 2005.

L’étude considère comme potentiellement très gênés les habitants situés à l’intérieur d’un périmètre de 55 db (A). En Région bruxelloise, où on se base sur les normes de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), on considère que le bruit peut avoir des répercussions négatives à partir de 45 db (A) la nuit et 55db (A) le jour.

L’ancienne législation flamande prévoyait comme critère le niveau de bruit « jour-nuit ». La nouvelle législation introduit un nouveau paramètre, la soirée (19h-23h).

En vertu de ce nouveau critère, le nombre d’habitants potentiellement très gênés en 2005 n’est plus de 7 689 personnes mais de 11 948 personnes. Les habitants les plus touchés vivent à Machelen (2 176), Zaventem (2 030), Evere (1 981) et Bruxelles-Bruxelles-Ville comprenant notamment Haren et Neder-over-Heembeek (952) et Schaerbeek (852).

D’après Biac, la diminution du nombre d’habitants potentiellement très gênés par les nuisances est due en grande partie à l’utilisation d’avions plus modernes et moins bruyants.

(Belga)

© La Libre Belgique 2006