Nième modification du plan de dispersion : qui va trinquer ?

Le plan de dispersion des vols en provenance et Ă  destination de Zaventem vient d’ĂŞtre adaptĂ© pour la nième fois. L’association Bruxelles Air Libre Brussel veut attirer l’attention sur le fait que ce sont les habitants de l’agglomĂ©ration bruxelloise, et en particulier les moins aisĂ©s, qui risquent de devenir les victimes finales des marchandages et tiraillements au sujet des nuisances aĂ©riennes.

En rĂ©ponse au rĂ©cent arrĂŞt du Conseil d’État, le ministre Landuyt vient d’adapter le plan de dispersion pour la nième fois. La piste 02/20 ne sera plus utilisĂ©e le samedi, et les mouvements des avions seront transfĂ©rĂ©s vers les pistes 25R et 25L. Cela signifie que c’est vers le territoire densĂ©ment peuplĂ© de l’agglomĂ©ration bruxelloise que seront dirigĂ©s tous les dĂ©collages, une partie traversant toute la rĂ©gion bruxelloise d’est en ouest, le reste couvrant l’est de l’agglomĂ©ration avant de virer soit vers le Noordrand soit vers l’Oostrand. Ces modifications sont entrĂ©es en vigueur dĂ©jĂ  ce samedi dernier, et les Bruxellois ont eu l’occasion de s’en rendre pleinement compte.

Bruxelles Air Libre Brussel rappelle que dans les premiers plans de dispersion, l’utilisation de la piste de dĂ©collage 25R avait Ă©tĂ© supprimĂ©e tout le week-end jusqu’Ă  17 heures le dimanche pour compenser son utilisation en semaine de façon ininterrompue de 6 heures Ă  23 heures et pendant une partie de la nuit. Les diffĂ©rentes adaptations ont ramenĂ© ce schĂ©ma Ă  un samedi sur deux, puis Ă  un demi-samedi sur deux, et enfin Ă  une suppression totale du «samedi calme ». Le ministre Anciaux a rĂ©tabli dans un passĂ© rĂ©cent la route Chabert qui garantit Ă  Meise et environs des week-ends quasi sans survols en envoyant une grosse partie du trafic aĂ©rien pendant le week-end sur les soi-disant «quartiers de bureaux dĂ©peuplĂ©s» de Bruxelles.

Du fait des modifications successives, telles que le rĂ©tablissement de la route Chabert, la nouvelle route du canal qui survole le centre de Bruxelles pendant la nuit, le dĂ©placement des routes du Noordrand vers les communes situĂ©es Ă  l’intĂ©rieur du Ring, et la nouvelle route qui passe au-dessus de la zone interdite du palais royal, les habitants de l’agglomĂ©ration bruxelloise deviennent de facto les premières victimes des adaptations rĂ©centes et de la dernière modification.
Ces habitants ne disposent pas des mĂŞmes moyens ni du mĂŞme soutien que les habitants du Noordrand et de l’Oostrand et risquent donc de payer les pots cassĂ©s de ces marchandages.

Bruxelles Air Libre Brussel insiste depuis des années sur le fait que la dispersion est un non-sens.
En raison du volume du trafic et de l’enclavement de l’aĂ©roport dans des zones rĂ©sidentielles, la dispersion augmente de façon exponentielle le nombre de victimes et ne facilite pas l’exploitation de l’aĂ©roport de Zaventem.

La seule issue est de mettre en oeuvre une politique d’amĂ©nagement du territoire qui rĂ©tablit des couloirs aĂ©riens dans lesquels les avions peuvent prendre de l’altitude sans causer des nuisances Ă  un trop grand nombre de personnes. C’est dĂ©jĂ  le cas depuis des annĂ©es pour les atterrissages, et il n’y a pas de raison pour que cela ne puisse pas se faire pour les dĂ©collages. Ce n’est pas parce que quelques-uns s’installent dans des zones depuis longtemps fortement survolĂ©es qu’aujourd’hui tout le monde doit subir des nuisances inadmissibles qui sont contraires aux droits fondamentaux de l’ĂŞtre humain et plus particulièrement au droit au repos nocturne et au droit Ă  la vie privĂ©e.
Le Ministre Landuyt a annoncĂ© qu’il voulait couler dans un texte de loi les routes aĂ©riennes, la dispersion et les nuisances qu’il entraĂ®ne.

Bruxelles Air Libre Brussel condamne cette initiative parce qu’elle porte atteinte Ă  la sĂ©paration des pouvoirs et reprĂ©sente une rĂ©elle atteinte Ă  l’État dĂ©mocratique dans lequel nous vivons.
Elle est également contraire aux directives européennes qui visent à réduire autant que possible le nombre de personnes exposées aux nuisances sonores.

L’association annonce qu’elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour empĂŞcher le ministre de mettre ces mesures Ă  exĂ©cution.