Le bruit des avions est bien nuisible

Une √©tude de sant√© indique des troubles de sommeil et une hausse de l’anxi√©t√© pour les riverains de Paris-Roissy.L’effet est plus visible chez les hommes de plus de 60 ans.

PHILIPPE LAWSON

ENVOY√Č SP√ČCIAL √Ä PARIS

L’Association de d√©fense contre les nuisances a√©riennes de Roissy (Advocnar) et le Collectif sant√© nuisances a√©riennes (CSNA) ont pr√©sent√© samedi une √©tude √©pid√©miologique sur l’impact du bruit des avions sur la sant√© des riverains. Il s’agit d’une premi√®re en la mati√®re r√©alis√©e autour de l’a√©roport de Roissy-Charles-de-Gaulle, premi√®re plate-forme europ√©enne en termes de mouvements d’avions (1400 vols en moyenne par jour dont 162 la nuit). Les conclusions n’apportent rien de neuf si ce n’est qu’elles confirment les donn√©es th√©oriques du lien entre le bruit des avions et ses effets n√©fastes sur la sant√© des riverains.

Troubles du sommeil, accroissement de l’anxi√©t√© et de l’angoisse sont, entre autres, le lot des maux dont souffrent les personnes vivant sous les couloirs a√©riens √† Roissy. ¬ęCela fait des ann√©es que nous demandons cette √©tude et elle n’a jamais √©t√© faite. Les pouvoirs publics n’ont jamais pris la mesure de la gravit√© de ce probl√®me de sant√© publique¬Ľ, a pr√©cis√© le Dr Jean-Pierre Enjalbert, m√©decin (environnement, sant√© publique) et pr√©sident de CSNA.

Le fait que les personnes √† l’origine de l’√©tude soient a priori des responsables d’associations contre les nuisances a√©riennes n’enl√®ve rien √† la pertinence des r√©sultats. L’expertise scientifique a √©t√© assur√©e par le Dr Eric Lainey, sp√©cialiste des troubles du sommeil √† l’h√īpital europ√©en Georges Pompidou (Paris). Baptis√©e ¬ęInsomnia¬Ľ, l’√©tude a analys√©, sur base de questionnaires standards internationaux, les probl√®mes de sommeil et les troubles anxio-d√©pressifs chez un millier d’individus de 18 ans et plus dont 500 expos√©s aux nuisances (Gonesse et Soisy-sous-Montmorency) et le reste en dehors (Gagny, Noisy-le-Sec).

Une étude de 42000 euros

R√©alis√©e entre le 23 f√©vrier et le 18 mars 2004, elle constate √©galement que 68 pc des survols d√©passent les valeurs seuils de l’OMS (plus de 45 d√©cibels dans les chambres √† coucher). Par ailleurs, 78000 et 440000 riverains sont survol√©s √† moins de 1000 m d’altitude. D’apr√®s l’Advocnar, les effets n√©fastes des nuisances sonores sont particuli√®rement marqu√©s chez les hommes de plus de 60 ans (les femmes supporteraient mieux le bruit des avions) et les riverains habitant dans les communes depuis plus de 10 ans. ¬ęOn observe un degr√© d’anxi√©t√© plus √©lev√© chez les sujets expos√©s au bruit des avions¬Ľ, pr√©cise le Dr Lainey. L’√©tude ne montre pas de diff√©rence sensible quant aux scores √©valuant les manifestations d√©pressives.

D’apr√®s le Dr Simone N√©rome, pr√©sidente de l’Advocnar et m√©decin hospitalier, les manifestations des maux constat√©s par l’√©tude sont multiples et diverses (stress, pathologies cardio-vasculaires, r√©duction des performances au travail, difficult√©s de concentration et de r√©cup√©ration, r√©sultats scolaires en baisse, etc.).

L’√©tude a co√Ľt√© 42000 € et b√©n√©fici√© du soutien financier notamment du Conseil g√©n√©ral du Val d’Oise. Les responsables entendent maintenant interpeller les gouvernants et r√©clamer de nouveau la fin des vols de nuit. Ils ambitionnent de poursuivre la d√©marche sur d’autres pistes (pollution chimique, consommation de m√©dicaments, impacts chez les jeunes, etc.), mais l’aspect financier limite la d√©termination des associations.

© La Libre Belgique 2004