Monsieur Klees !

en réaction à [->art493]

Monsieur Klees,

Je tiens √† r√©agir avec la plus grande indignation aux propos que vous avez tenus dans le Soir du 19/05. Votre m√©pris et votre arrogance √† l’√©gard de la souffrance des riverains sont une provocation absolument scandaleuse. Vos arguments sont fallacieux et non fond√©s.

En tant que p√®re de famille de 4 jeunes enfants habitant √† Kraainem √† plus de 5 km de l’a√©roport, je peux vous certifier par mon exp√©rience quotidienne que se faire r√©veiller plus de dix fois la nuit n’a rien de psychologique. Il ne s’agit en rien d’un probl√®me de confort mais bien d’un v√©ritable probl√®me de sant√© aux cons√©quences sociales dramatiques, dont le co√Ľt faramineux (150 M? par an) est m√™me reconnu par l’√©tat belge. Se plaindre et lutter contre les vols de nuit n’est pas une preuve d’√©go√Įsme mais un devoir envers nos enfants dont vous √™tes en train de d√©truire compl√®tement le cadre de vie.

Vos arguments témoignent par ailleurs de la plus mauvaise foi car

-* Les vols de nuits n’ont rien √† voir avec la fonction de capitale de la ville de Bruxelles. Bien au contraire, c’est l’absence de toute politique a√©roportuaire coh√©rente et la d√©gradation syst√©matique de l’environnement de ses quartiers r√©sidentiels qui ridiculisent notre pays et menacent l’avenir de l’a√©roport
-* ni l’isolation, ni les boules Quies ne sont une solution contre les basses fr√©quences g√©n√©r√©es par les monstres que vous nous fa√ģtes passer impun√©ment au dessus de la t√™te en pleine nuit. De plus, trouvez-vous normal que ces mesures inefficaces doivent √™tre pay√©es par les riverains eux-m√™me car ni BIAC ni l’√©tat belge ne prend de responsabilit√© dans ce domaine?
-* BIAC elle-m√™me n’estime-t-elle pas que des vols de nuit similaires √† Bierzet toucheraient dix fois plus de personnes que ce que vous estimez √† Bruxelles. Il suffit de comparer une carte des deux r√©gions pour se rendre compte √† quel point votre estimation pour Bruxelles est malhonn√™te.
-* Les a√©roports d’autres pays que vous citez ne sont pas enclav√©s dans des zones dens√©ment peupl√©es comme √† Zaventem. Au contraire, beaucoup de villes, comme Paris, ont d√©localis√© leur a√©roport depuis longtemps pour leur permettre de s’accro√ģtre de fa√ßon saine et responsable.
– Les hommes d’affaires, comme vous dites, dont je fais partie, ne demandent ni les vols de nuits, ni un centre de cargo, ni un hub international √† quelques kilom√®tres du centre ville. Un a√©roport urbain leur suffit amplement. A ce que je sache, ni Londres ni Paris n’ont √©t√© d√©sert√©es par les soci√©t√©s √† cause de la distance de leurs a√©roports internationaux.

Vos amalgames grossiers, vos arguments bidons et vos tentatives de culpabiliser les riverains ne servent-ils pas simplement √† masquer la d√©pendance de BIAC par rapport aux vols nuits √† cause des investissements pharaoniques que vous √™tes incapable de rentabiliser ? C’est bien votre responsabilit√© qui est en jeu dans ce fiasco, pas la n√ītre.

M.dO.

Kraainem