Pressions politiques ?

Selon l’UBCNA, il se pourrait que les juges du conseil d’état aient été l’objet de pressions politiques afin de ne pas annuler une seconde fois le plan de dispersion de Bert Anciaux. Tout le monde s’était étonné en effet de cette décision paradoxale, allant à l’encontre du premier jugement et de l’avis remis par l’auditeur quelques jours plus tôt, à l’issue de de 5 heures de plaidoiries.

Il ne s’agit que de bruits de couloirs, que d’aucuns ne pourront s’empêcher de mettre en rapport avec certaines déclarations récentes d’hommes politiques francophones (voir ailleurs sur notre site).