Louis Michel prend acte, Guy Verhofstadt se réjouit

Le Conseil d’Etat n’a pas suivi l’avis de l’auditeur à propos du plan de répartition des vols de jour et de nuit au-dessus de l’aéroport de Bruxelles-National: le plan Anciaux ne sera donc pas suspendu.

Le plan sortira donc ses premiers effets jeudi. Un certain nombre d’associations de riverains avaient saisi le Conseil d’Etat estimant que la sécurité n’était pas assurée et que la périphérie est de Bruxelles serait trop survolée à leur goût. En décembre 2003 déjà, un certain nombre de riverains avaient saisi le Conseil d’Etat. Ils avaient alors obtenu gain de cause et le ministre Anciaux avait dû adapter son plan.

Le vice-Premier ministre Louis Michel a pris acte de la décision et a également tenu à rappeler que les mesures proposées par ce plan ont un caractère provisoire, en attendant l’élaboration d’un cadastre des bruits. Louis Michel demande que toutes les routes soient strictement conformes à ce qui a été prévu lors de l’accord du 3 décembre dernier. « Le cadastre des bruits devra permettre une décision objective fondée sur les nuisances réelles », affirme Louis Michel, insistant pour dire qu’un « un accord définitif est un préalable à toute extension des activités de l’aéroport de Bruxelles-National. »

Le Premier ministre Guy Verhofstadt a lui exprimé sa satisfaction de voir la plus haute juridiction administrative du pays donner le feu vert au plan de dispersion du gouvernement. C’est ce qu’a fait savoir mercredi soirson porte-parole.

Le cabinet du ministre de la Mobilité Bert Anciaux se réjouit évidemment de la décision de la Haute juridiction et rappelle que le plan de dispersion pourra ainsi être mis en place dès jeudi. L’entourage du ministre dit toutefois rester prudent car l’affaire n’est pas terminée et le plan n’est que provisoire, en attendant une évaluation. En revanche, le Comité de la périphérie est (Oostrand) estime que la décision du Conseil d’Etat débouche sur une véritable catastrophe pour les habitants de cette partie de la périphérie. Il s’agit d’une grosse déception, ont encore commenté les rsponsables de l’association, qui ne disposent toutefois pas encore du texte de l’arrêt. Ils décideront ensuite s’il y a lieu d’entamer de nouvelles procédures.

(Avec Belga)