Reakties van lezers op ons persbericht : “IJsland en haar vulkaan : een zegen voor de omwonenden van de luchthaven ?”

de reacties in het FR en de enkele in het NL staan door elkaar.

Le calme plat aérien….c’est merveilleux.
Pourtant je ne suis pas située sur un passage intense, mais rien que de ne plus entendre de bruits aérien et surtout de savoir que la qualité de l’air était meilleurs, je suis pour un trafic moins intense.
Surtout pour empêcher les transits inutiles .
Supprimer rapidement sur Brussels Airport tout transport de marchandises qui n’ont pas comme destination finale notre pays et de supprimer la fonction logistique qui n’a pas sa place dans un aéroport urbain et qui ne rapporte rien au pays de transit.
Bien à Vous.
Z.U 1180 Bruxelles.

Bonjour: ici M. de Survoldelahulpe
Voici 3 messages déjà postés sur le forum AWACSS ce W.E. et que vous pouvez poster également sur votre site si vous le désirez
1)Politiques: retiendrez-vous la leçon? Quand des organisations responsables vous disent: “arrêtez de considerer le secteur aérien comme sacro-saint et développez des alternatives” on les envoie au diable. Peut-on croire que cette petite leçon serve enfin à nos “élus” (et particulièrement à notre “ami” Antoine), y compris au niveau européen? Perso j’en doute, mais on peut toujours esperer! En attendant, profitons un max de chaque instant de ce calme inesperé!
2)On commence déjà à parler d’aide au secteur en difficulté! MESSIEURS LES POLITIQUES, VOILA UNE EXCELLENTE OCCASION D’ENFIN INSTAURER UNE TAXE (ou la tva) SUR LES BILLETS ET SUR LA TONNE TRANSPORTEE!!! Car bien sur, vous n’aurez pas le culot de demander aux victimes du bruit de renflouer leurs tortionnaires?
3)Allez tous voir ces images de nos confreres d’Ostende:
http://www.wiloo.be/17apr10_no_contrail_day_ostend.jpeg
Edifiant non?
La double photo postée sur le site Wiloo (Oostende) est particulièrement parlante au niveau des contrails (A VOIR ABSOLUMENT)
Bien à vous
M.L. (La Hulpe)

Oui, pour moi aussi, c’est une bénédiction ! Je suis un privilégié dans
la mesure où j’habite un quartier (à Auderghem) qui n’est pas ou très
peu survolé. Mais malgré tout, je goûte la différence et je la trouve
énorme !
Oui, ce ciel dégagé devrait faire réfléchir aussi à l’utilisation que
fait notre société des transports aériens. C’est absurde, c’est trop !
T.A.
Auderghem

Les avions sont cloués au sol: ne pas décoller!
GDB Bruxelles

quel calme …inouï !!
C H
Woluwe Saint-Pierre
survolé 24 h sur 24 par 50% de tous les décollages , via piste 25 D
survolé dès que la moindre brise soufle du NE à très basse altitude par TOUS les atterrissaegs à BXL National !!!

Grâce aux éruptions, je n’ai plus de boutons.
GDB
Bruxelles

Ils ne manquent pas d’air, mais cette fois ça fait du bien!
gdb
Bruxelles

Vendredi, nous rentrons de vacances où le calme , le soleil et le grand air de Zélande nous ont fait oublier le stress de la ville …
Mais voilà que le calme se prolonge, pas de réveil-matin à 6h suivi de l’habituelle agitation d’avions caractérisant les samedis matins, et l’après midi ça continue encore et encore, on peut s’asseoir au jardin plus d’une demi heure sans devoir rentrer pour échapper aux vrombissements : c’est tellement inhabituel qu’on en est presque inquiet, on s’attend à tout instant à ce que le charme se brise sous un roulement sourd venu du ciel, mais rien….. Voici enfin les journées sans avion dont on a tant rêvé (parce que la journée sans voiture, c’est bien mais pas suffisant)…. Je redécouvre la maison et le jardin sous un autre angle, l’espace s’agrandit, et je peux enfin les apprécier à leur juste valeur… On se rend compte alors de tout ce qu’on endure, de tous ces bruits incontrôlables de moteurs d’avions qui nous réveillent et nous assourdissent , même si nous mettons une énergie gigantesque à les mettre dans un coin de notre tête, de notre vie….On est dans un autre univers, comme ça, en restant au même endroit, c’est inimaginable…mais hélas temporaire….
Je n’ai rien contre les avions, et bien sûr, je pense aux voyageurs coincés, au personnel de l’aéronautique, et aux malades qui attendent en vain une greffe venue par avion sanitaire, mais peut-être à l’avenir trouvera-t-on un moyen de nous laisser notre calme (sans prix) en éloignant quelque peu cet aéroport et en le repensant….
Marie Laure P.

Merci pour votre invitation à écrire un petit mot.
L’edito d’Hugues Dorzée dans le soir de lundi 19 me semblait très bon.
Il apparait clairement que le développement du transport aérien n’a jamais été pensé globalement. Il s’est simplement produit, c’est tout. Aucune réflexion de fond ne semble l’avoir porté (ou, encore moins, freiné). Aujourd’hui le nuage islandais nous montre qu’un monde sans avion est possible et même pour la planète urgemment souhaitable.
A.B.

J’ai l’esprit tellement en PAIX qu’il m’est impossible de faire preuve d’originalité : je ne suis plus que plaisir d’être et mon volcan de haine sourde s’est éteint !
F. C. Scharbeek.

De tout coeur avec l’Askja, l’Eldfell, l’Esjufjol, l’ Eyjafjöl, le Grimsne, le Grímsvöt, le Hekl, le Hofsjökul, le Katl, le Laki, le Ljosufjol, le Krafla mais aussi le Stromboli, et le Vesuve pour qu’ils nous offrent d’autres semaines de tranquillité aérienne !
A. M. 1050

Enfin je dors!!
Je dors souvent mal, puisque je me réveille ou je devrais dire les avions me réveillent. A certaines heures, c’est insupportable. Est-ce que l’on s’y habitue??
Bien-sûr que non, je me lève souvent irritée et fatiguée.
Du coup, depuis 2 jours, c’est comme des vacances!! Calme et tranquillité sont enfin revenus!!!
Vive la paix et un ciel bleu SANS AVIONS!!!
Bien à vous
A.V.P.

Bonjour,
Je vous lis , avec le sourire qui sied, de New York…ou j’attends de pouvoir rejoindre Bruxelles depuis vendredi !
Sur le fond, il est invraissemblable que notre societe n’ait pas plus tot engage une reflexion sur la maniere de se vehiculer au XXIeme siecle.
Que dire , vu des USA , de la cacophonie des dirigeants europeens (Ne parlons pas de l’Europe) dans la gestion de cetter crise aux effets devastateurs , mais , je l’espere , aux consequences nouvelles a tirer, d’urgence.
GhB

ne tergiversons plus: une pétition signée par plusieurs centaines de milliers d’habitants de Bruxelles et de sa périphérie exigeant la fermeture ou le déplacement de l’aéroport, avec engagement moral des signataires de voter en faveur du parti politique qui fera de cette mesure un élément central de son programme.
puisque l’état de droit ne prévaut plus, il reste l’épreuve de force,
exercice auquel les bruxellois doivent décider de
recourir…. faute de quoi leurs droits les plus élémentaires seront à l’avenir systématiquement bafoués. Cet aéroport est avant tout bruxellois, aux bruxellois d’en décider l’avenir.
P.B.

Bonjour à votre association
Nous avons quitté Bruxelles , notre maison, jardin et amis, l’école de nos enfants, il y a un peu plus de 6 ans, juste à cause des avions, de leur cadence régulière, de la nuisance sonore insupportable. Après avoir tempêté, écrit, rejoint votre association,… Nous avons fui, choisissant un coin du namurois, à la limite du hainaut et du brabant wallon. Avant de nous y installé, nous avons inspecté les trajectoires de vol des avions de Charleroi afin d’éviter de nous retrouver dans une même situation. Rassurés des infos , nous nous sommes donc installés, recommençant ici tout ce que nous avions construit à schaerbeek durant plus de dix ans. Nous astreignant cependant aux 3 heures éprouvantes de navettes quotidiennes. Mai heureux de rentrer chaque jour sous un ciel vide d’avion, de dormir fenêtres ouvertes été comme hiver, de n’avoir pas à lutter contre le bruit du survol régulier de la maison et la fatigue qu’il engendre.
Et puis en juin, il y a deux ans, c’est la cata. Passe un avion, puis un second, un troisième…. puis des avions de plus en plus nombreux, tard dans la nuit, de plus en plus bas. “Schaerbeek bis” , comme au temps où cela avait commencé à s’y dégrader. Et un constat, c’est l’impuissance, on ne peut rien y faire, tout l’entourage est fataliste, Charleroi a pour vocation de devenir un aéroport national bis.
Alors ces quelques jours passés sans avion grâce au volcan islandais sont une bénédiction. Nous avons retrouvé le grand silence peuplé de milles bruits non intrusifs : le vent dans les arbres, l’aboiement d’un chien au loin, les enfants qui jouent sur la place, l’âne du bout du village qui brait, le ciel tout rendu à lui-même. Tout cela sans ce mouvement de tonnerre qui envahit d’un seul coup l’athmosphère, qui couvre tous les bruits du vivant et cette sorte de vibration qui parcourt l’air à chaque passage d’avion.
Sachez qu’il n’y a donc pas que Bruxelles qui est concerné. Nous sommes témoins dans notre région de la dégradation notable de la qualité de vie qu’engendre le passage de vols de plus en plus soutenus . A quand une association air libre sur notre région ?
P.G. famille R. – gembloux

Bien que l’annulation du survol de Bruxelles ne durera qu’un temps, la vie dans notre belle commune est extraordinairement paisible, presque irréelle.
Les poules chantent à tue-tête, les oiseaux leur emboîtent le pas et on apprécie.
Les gens respirent une quiétude depuis longtemps oubliée , même les tondeuses par respect se taisent le samedi .Etonnant !!!
Le printemps est la période du renouveau, la sève monte, les arbres fleurissent, la nature s’éveille et le ciel reste serein malgré un (faux) vrai nuage volcanique.
Et pourtant, nos politiciens n’ont rien fait .Est-ce la solution ?
Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, autant le savoir que le bonheur ne durera pas.
Le blocage des aéroports européens n’est-ce pas voulu en partie par Monsieur Junker en Co pour faire diminuer notre euro et le rendre ainsi plus compétitif face au dollar ? Ce pourrait être une manière détournée , sans agressivité guerrière, de regonfler l’économie en Europe.
Le problème, c’est que certaines compagnies aériennes risquent de ne pas survivre à une action de longue durée.
On a jamais mangé une omelettes sans casser des œufs .
Une chose est certaine , c’est que, quelque soit la cause de ce calme historico-euro-olympien, tous en profite et bon sang, qu’est ce que c’est bon.
Si.S. Un habitant de Wezembeek-Oppem

Au début on ne se rend compte de rien. Simplement une sorte de bien-être qui nous envahi sans en avoir conscience. Le bienfait des vacances ? Le printemps tant attendu ? Cette quiétude soudaine est tellement intérieure que l’on ne recherche pas d’autre explication que le repos que l’on vient de prendre. Au boulot, c’est la forme : on s’étonne, voire on étonne. La pêche ! Tiens, j’ai pas eu de mal à me lever ce matin, pourtant il fallait retourner travailler. Puis c’est le déclic : “et s’il s’agissait simplement de ces foutus avions qui nous harcellent jours et nuits ? “. Zut, j’y suis pour rien. Ce “bonheur intérieur ne dépendais pas de moi, il m’était imposé de l’extérieur. Je ne peux donc rien y faire, à moins de déménager. Et lorsque le trafic reprendra, il est fort à parier que l’on en sera plus malheureux qu’avant. C’est ça notre petit drame à nous. Bon, rien de bien comparable à ces voyageurs qui se vont se taper Tunis-Bruxelles en car. Mais eux, une fois le laborieux trajet terminé, n’en garderont qu’un mauvais souvenir… à moins qu’ils n’habitent Bruxelles car, dans ce cas, ils ont eu tout faux !
JT Sterrebeek

Bonsoir,
Quel calme sur Bruxelles, le matin on entend les oiseaux chanter, plus de passages au dessus de nos têtes, le ciel est clair et sans pollution, vive le volcan islandais!
A quand enfin une décision des politiciens de réduire les nuisances sonores??
Bien à vous,
J-L. V. – 1090

Het is lang geleden dat ik zo lang en zo ononderbroken heb kunnen slapen.
Ik realiseerde het me niet meer dat het lawaai van de vliegtuigen zo’n groot effect heeft op de kwaliteit van mijn slaap.
Wat een verademing.
Mija.S. – 1030 Schaarbeek

Si la parole est d’argent, le silence lui est bien “dort” ( ou d’or) ;
Quel bonheur et soulagement qu’un ciel pur et silencieux, comme les nuages cotonneux qui bercent nos nuits en ce moment;
Merci de bien vouloir vous en réjouir avec nous les bruxellois, toujours assez amoureux de leur ville que pour y vivre encore, et encore …
@ +++
M.L. – 1160 BRUXELLES/ Auderghem

Cher Monsieur,
ce petit é-mail pour vous informer qu’au moins décembre dernier, j’ai
quitté définitivement Bruxelles (Chaussée de Stockel, 446, 1150
Bruxelles) pour m’installer à Namur. Pendant de nombreuses années,
j’ai soutenu votre courageux combat contre le survol de Bxl par les
avions de Zaventem et je sais de quoi je parle car j’étais au
croisement de routes de décollage et d’atterrissage. Après 5 années
et beaucoup de courriers et d’affichettes placardées autour de la
place Dumont, après 5 années qui m’ont fait comprendre que les
ministres de la mobilité flamands détruisaient délibérément
l’habitabilité de l’est de Bruxelles , 5 années qui ont miné ma
santé nerveuse, je ne crois plus en la capacité de notre Etat ( et à
sa justice) à veiller au bien commun: nous vivons dans un Etat
bananier aux mains d’intérêt flamands. J’ai donc fui Bruxelles et ne
souhaite qu’une chose: l’indépendance de la Flandre et la libération
de Bruxelles, désormais rattachée à la Wallonie. C’est pour ce combat
que je préfère investir désormais car il est pour moi davantage
porteur d’espoir. Vous pouvez donc me désinscrire de vos listes.
Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs,
P.F. ex-Chaussée de Stockel, 446

Quel plaisir de pouvoir enfin dormir la fenêtre ouverte, de pouvoir passer le week-end dans son jardin calmement, de pouvoir manger sur la terrasse sans devoir s’interrompre à chaque vrombissement, merci cher volcan de nous offrir ces quelques journées de vacances dans notre chère capitale!
C-I.Le B.

Fini le rêve!
Et pourtant, nous avons vécu un week-end extraordinaire. Les charmes du printemps qui commence avec sa végétation vert tendre et les premières floraisons, le chant des oiseaux et tout cela sous un magnifique soleil. Pour mieux profiter de ces conditions exceptionnelles, nous avons pu dormir sans réveil intempestif pour cause de décollage ou d’atterrissage programmé par des plans de soi-disant dispersion qui concentrent toutes les nuisances sur nos quartiers le week-end.
Nous avons de ce fait réalisé à quel point nous souffrons de façon insidieuse depuis le début du plan Anciaux. Nous ne réalisions pas qu’il nous était encore possible de nous rendormir le dimanche matin pour une bonne grasse mat’. C’est fou comme on se sent mieux quand on a assez dormi ! Et que dire de la sieste au soleil dans notre jardin…un vrai bonheur.
Cerise sur le gâteau, nos poumons on certainement aussi profité de cette purification de notre environnement.
Nous espérons que cet événement sans précédent fera réfléchir nos dirigeant quant aux stratégies de développement de nos aéroport. De même, chaque consommateur devrait remettre en question ses habitudes d’achat car consommer des produits venant des antipodes encourage tout le trafic de fret grandement responsable des nuisances que nous subissons. Les produit de chez nous ont beaucoup de qualités !
V.D
Wezembeek-Oppem

Enfin la paix intérieure,le chant des oiseaux, le bruissement des arbres.
Plus personne dans la maison ne se réveille la nuit sans savoir pourquoi, les enfants sont plus calmes, on profite du jardin, on s’inquiète moins de la toux du fils athmatique .
Zen attitude
Catherine K.G.
Woluwé Saint Lambert

volcans : petite leçon de « slow economy »
KUCZKIEWICZ,JUREK
lundi 19 avril 2010, 07:54
La société « zéro défaut »,

ce système idéal dont l’incident, par principe insupportable, doit être exclu, n’est pas qu’un fantasme des citoyens individuels : il l’est aussi devenu pour les entreprises et les corps sociaux organisés. L’interdiction de vol prise par les autorités n’était pas en vigueur depuis trois jours, que des voix s’élevaient pour questionner un respect démesuré par les autorités du sacro-saint principe de précaution. Les compagnies aériennes, pour leur part, n’ont pas patienté plus longtemps pour interpeller les autorités sur la nécessité d’aides d’Etat aux entreprises du secteur : à défaut de voler, celles-ci atterriront peut-être bientôt dans des remous financiers. Remarquons au passage que les coûts importants que doivent d’ores et déjà encourir les compagnies aériennes, découlent notamment d’une législation draconienne, justifiée par le droit à la protection du consommateur : celui-là même qui, voyageant souvent et à bon compte, ne supporte pas le contretemps, et encore moins la désinvolture de certains transporteurs sans scrupule.

L’économie de marché libéralisée, qui permet au consommateur de consommer plus pour moins, et aux entreprises de gagner plus en courant plus de risques, est décidément bonne pour tout le monde quand tout va bien. Mais quand cela va mal, les uns comme les autres retrouvent rapidement le chemin vers le guichet de l’Etat-protecteur. On a aidé les banques (qui ont vite fait de l’oublier, dès les profits revenus), on aidera bien les compagnies aériennes. Mais après, on aidera qui ?

La question débouche sur une interrogation plus fondamentale encore : même si l’espace aérien européen se voit rouvert au trafic, une fois dissipé le nuage volcanique, il faut envisager que les éruptions islandaises pourraient n’en être qu’à leur début, et qu’elles affecteront nos économies de façon plus durable que le temps d’un passage nuageux. Moins de voyages au bout du monde, moins de marchandises produites à bas prix d’un côté de la planète pour être transportées par avion à l’autre bout : qui sait si les volcans islandais ne nous imposent brièvement un test grandeur nature de « slow economy » ?

envoyé par M.R.
source : http://www.lesoir.be/debats/editos/2010-04-19/volcans-petite-lecon-de-slow-economy-765144.php

On se croirait dans 30 ans, peut-être moins, quand le fuel aura disparu ou sera devenu enfin hors de prix.
Quel plaisir de goûter au calme! Si la journée sans voiture tombait maintenant, on se croirait peut-être en plein désert?
J’aurais espéré que cet incident fasse monter en flêche la créativité et la solidarité, malheureusement, il n’est est rien. Ni appel géant au taxi stop, à l’eurobussing, pas de demande d’hébergement auprès des bruxellois (les hôtels augmentent au contraire scandaleusement leurs tarifs), personne ne pense au bateau, oui c’est lent, mais 5 jours dans un aéroport, c’est encore pire…
Le confort auquel nous nous sommes habitués nous aurait-il transformés en pantins sans jugeotte?
Pourvu que ça dure, c’est tellement bon de bien dormir et respirer!
Anne , 1200

Bonjour,
Merci pour votre message particulièrement bien écrit.
C’est vrai que ce silence est absolument divin, un don du ciel (sans avion!).
Le bruit disparaît et c’est une qualité de vie qui renaît en Région de Bruxelles-Capitale.
Espérons que cet évènement tout à fait inattendu permettre à tout un chacun de réfléchir à l’usage de l’avion et aux alternatives possibles. Certaines entreprises l’ont très bien compris en faisant par exemple usage de la vidéoconférence pour atteindre leurs partenaires commerciaux, en lieu et place de se précipiter dans un avion.
Encore merci pour votre investissement au sein de l’ASBL.
Salutations distinguées,
E.d.L.
1150 Woluwe-Saint-Pierre

enfin le calme
bonjour,
Sans nier les problèmes que le volcan peut causer à la population islandaise, il a enfin apporté le calme à bruxelles.
Les vacances de pâques débutaient au plus mal. J’habite Woluwé St Pierre et le retour des beaux jours fut gâché par le survol incessant de la commune… impossible d’ouvrir les fenêtres et de bénéficier de quelques moments de quiétude sur la terrasse… Et puis, le nuage de poussières…. et là tout redevient “comme avant”, paisible … on ouvre les fenêtres, on se repose au soleil… et on passe enfin de bonnes nuits, tranquilles, réparatrices, sans réveisl intempestisf causés par les nuisances sonores de ces malheureux avions… enfin cloués au sol….
Je me suis vraiment rendue compte à quel point il y avait du bruit, de manière permanente et à quel point cela était FATIGUANT et perturbait non seulement le sommeil, mais aussi les journées par un stress incessant suscité par un bruit permanent.
Je me joins à tous ceux qui, grâce à cette expérience, interpellent nos représentants politiques bruxellois pour que ce scandale d’innonder bruxelles de nuisances dues aux avions cesse enfin… c’est une énorme partie de la population qui est soumise de JOUR comme de NUIT à un stress et une fatigue liés au bruit.
V.D.
Woluwé St pierre
rue au bois

Que dire V sinon que la nature continue de se rebeller de plus en plus.
Et qu’on ôte la parole à ce connard de pilote bouclé qui passe toujours à la télé.
Bien à toi et encore merci pour ta présence sur le sujet.
Ghislaine – 1030 Schaerbeek

dagen zonder vluchten
Geachte(n)
Wat zalig deze dagen zonder vluchten.
Dit weekend vroeg opstaan en bemerken dat het echt fris ruikt buiten.
Niet die eeuwige kerosine lucht, wat een verschil!
Een verademing voor onszelf en de vogels , die volgens mij ook uitbundiger zongen dan normaal!
Super!
Met vr.groeten,
M.E.
st.pieters woluwe

le rêve et mesures de la pollution de l’air
Nous sommes tellement conditionnées par ce bruit et ces avions parfois si menaçants dans le ciel que nous voilà un peu perdus mais surtout ravis et soulagés: Le rêve de vivre ainsi pourrait il un jour devenir réalité ? Faut-il vraiment s’exiler loin de Bruxelles, ou pourrions-nous continuer à vivre à Bruxelles avec cette qualité de vie ?
Surtout prend on des mesures de pollution de l’air en ce moment ?
Amicalement
B.C. et H.K. 1030 Schaerbeek

silence…
ce serait peut être l’occasion de mener une grande réflexion, une grande campagne sur l’aveuglement de cette conssomation qui fait prendre l’avion comme on prendrait le métro,
se rendre en espagne ou même plus loin en avion coute parfois (souvent même) moins cher que d’aller à Paris en Thalys
on pollue et détruit la planète, la qualité de vie de tous en est affectée,
quel silence sans ces avions, et je ne suis pourtant pas “sur une ligne”
on retrouve une qualité que l’on avait oubliée
Y.C. Boitsfort

A l’equipe de BALB,
Merci de nous tenir informer et de garder un oeil sur les derives des « Ir »responsables politiques.
Un fidel a la cause
H.H.
Laeken

La nature reprend ses droits…et c’est très bien ainsi !!!
A.D. Schaerbeek

Incroyable, cette quiétude , ce calme pendant ces deux jours vraiment bénis des dieux puisque les avions furent en plus remplacés par l’astre flamboyant.
Je me suis mis à rêver ce we que sans avion il n’était finalement plus nécessaire de prendre l’avion puisque notre capitale se suffisait à elle même
pour nous apaiser de nos semaines si chargées. Pourquoi diable fuir le temps d’un week-end le lieu où il peut faire si bon vivre.
E.H.
1150 Bruxelles

C’est clair qu’il fait bon vivre à Schaerbeek depuis 2 jours, surtout
“de nuit”. Vive l’Islande!
E.F.
Schaerbeek

Je ne savais pas ce que c’était de faire la sieste l’après-midi sur la terrasse… Et ce dimanche je me suis même endormi !!! Oh ! que c’était bon.
P.H. – 1200 Woluwé-Saint-Lambert

J’ai 43 ans et ai toujours habité à Woluwe-Saint-Lambert. Le bruit s’est intensifié progressivement au cours des années sans que l’on s’en rende vraiment compte. Ce week-end, j’ai réalisé à quel point il s’agissait d’une véritable nuisance dans la vie au quotidien. J’ai nettoyé ma terrasse et me suis assise au soleil, chose que je ne fais jamais. J’ai loué un vélo au parc de Woluwe et fait une balade avec les enfants en profitant du calme et de la nature. Je me suis sentie complètement détendue et relaxée, comme en vacances. C’était formidable ! Même les oiseaux ont l’air de ne pas comprendre ce qui arrive !
C.C.- Woluwé-Saint-Lambert

Quel bonheur en effet de (re)trouver une qualité
de silence et d’air dans son petit jardin
schaerbeeckois le dimanche matin. De pouvoir se
parler dehors à table sans devoir s’interrompre
le temps du passage d’un avion. De pouvoir
téléphoner dans son jardin sans être obligé de
rentrer et fermer les portes quand une “grosse
bête” nous survole. De pouvoir lire au calme sans
se déconcentrer et finir par abandonner… Sans
se dire qu’on est mieux à l’intérieur… Ce week
end m’a fait penser que vivre en ville pouvait
être agréable. Pourvu que ça dure… même si on
pense à ceux qui restent en rade…
S.C. – Schaerbeek

Même à Ixelles nous avons été étonnés du calme ce week-end. Ce grondement continu et oppressant n’est donc pas uniquement la circulation routière ?
Je ne m’en étais jamais aussi bien rendu compte.
J.M. – Ixelles

Bonjour,
Depuis quelques temps j’étais réveillé toutes les nuits ( au petit matin plus précisément) par le croassement des grenouilles.
Depuis l’interdiction de survol des étangs par les avions suite aux activités volcaniques islandaises, mes grenouilles ne sont plus réveillées de nuit et elles me laissent enfin dormir…….
Voici bien une conséquence inattendue du développement de l’actualité de ces derniers jours
Amicalement
AD Auderghem

Génial le coup du nuage de cendres volcaniques
calme intégral dans tout le ciel européen
c’ est frappé fort
merci , felicitation
S.D.B. – Schaerbeek