A propos du rôle de l’ombudsman

Questions posées et réponse du Médiateur (1er octobre 2018)
Merci Madame,

Mais la médiation s’effectue sur un dossier administratif.

Ici c’est un dossier politique où personne, hormis les ministres, n’ont le pouvoir de décision.

Je ne cesse de faire et publier des recommandations.

Effectivement on ne cesse de me mettre des bâtons dans les roues (suppression du badge, pas d’indemnité de télétravail, refus de prendre des frais administratifs, non remplacement de personnes parties, limitation des budgets) dans une volonté très claire.

Les clauses de confidentialité nous sont imposées (interdiction de citer nom de la compagnie, immatriculation de l’avion et ville exacte de destination).

Cela fait 17 ans que je dénonce cette situation, cela fait 17 ans que certains demandent ma mise à mort.

Philippe TOUWAIDE
Licencié en Droit Aérien et en Droit Maritime
Ancien Commissaire du Gouvernement
Directeur
du Service de Médiation du Gouvernement Fédéral pour l’Aéroport de Bruxelles-National     
Médiateur Aérien du Gouvernement Fédéral – S.P.F. Mobilité et Transports

——————————————————————
Merci, Monsieur V., pour vos propos pertinents.
 
Je suis étonnée d’apprendre que Monsieur Touwaide n’a pas été désigné par « l’autorité suprême du pays », qu’on lui a retiré l’accès à Brussel Airport,  qu’il lui est interdit de nommer les compagnies aériennes en infraction et de ce fait qu’il a des restrictions à l’obtention et à la diffusion des informations.
 
Qu’attend-il pour dénoncer cette situation ?
En tant que victimes des nuisances environnementales des avions depuis plus de 20 ans, nous estimons impératif et urgent de pouvoir bénéficier d’une médiation impartiale jouissant de tous les pouvoirs nécessaires au bon accomplissement de cette fonction.
Bien à vous,
G. W.

————————————————————

Au médiateur
Au personnes en copie de ses courriers
Bonjour,
Il me semble qu’il y a longtemps que le rôle d’ombudsman dénommé ici « Médiateur Aérien du Gouvernement Fédéral », ne répond pas à l’acception et au rôle généralement admis pour cette fonction au service des citoyens.
Wikipedia en donne une définition (1) assez complète.
Le service belge – dépendant du S.P.F. Mobilité et Transports – se cantonne le plus souvent à une fonction de bureau d’information.
En l’absence d’une désignation par «  l’autorité suprême du pays », il n’a pas un accès garanti et libre à l’aéroport géré par la s.a. BAC et à Belgocontrol, souvent impliqués dans les plaintes des riverains. Ne lui a-t-on pas retiré son badge d’accès à Brussels Airport ? Interdit de citer le nom des compagnies en infraction ? …
Dans ces conditions, souvent difficile pour lui de déterminer si la plainte est fondée ou pas. Après un examen approfondi et impartial, il est cependant supposé produire un rapport aux autorités et aux contrevenants et en effectuer le suivi «  jusqu’à réparation  »..
Si personne ne conteste les compétences du chef du service médiation, la question de son impartialité est parfois évoquée par certains plaignants.
(…)
L’usage systématique de la notion de « confidentialité » de ses écrits – destinée à le protéger – prive aussi les citoyens d’une utilisation et d’une diffusion libre de ses réponses et documents. 
(…)
Bien à vous tous et toutes,
Y. V.